Évelyne Beaudin

Une heure de questions au conseil en moyenne, selon SC

Les périodes de questions des deux dernières années à l’hôtel de ville ont duré en moyenne 63 minutes selon un rapport dévoilé par le parti d’opposition Sherbrooke Citoyen.

Ce rapport a été produit alors qu’on apprenait au début du mois que le temps imparti à chaque citoyen pour poser ses questions au conseil municipal pourrait être réduit. La Tribune avait alors appris que les élus sherbrookois cherchent des solutions pour raccourcir les séances du conseil municipal.

Le rapport dévoile que les dernières périodes de questions ont toutefois été plus longues. Celle du 15 octobre dernier a duré 120 minutes, celle du 5 novembre s’est étendue pendant 110 minutes et celle du 19 novembre sur 106 minutes.

« Il ne faut pas seulement se fier sur les données récentes, explique Mme Beaudin. Oui les trois dernières étaient plus longues, mais on ne va quand même pas prendre une décision de cette envergure sur un coup de tête parce qu’on est tanné et qu’on a le goût d’aller se coucher. »

Le parti d’opposition Sherbrooke Citoyen a compilé la durée des périodes de questions des deux dernières années à l’hôtel de ville.

Le rapport avance que la longueur moyenne des questions des citoyens est passée de 3 minutes 20 secondes sous l’ère Sévigny à 4 minutes 30 secondes avec Steve Lussier. La longueur moyenne des réponses est toutefois, et toujours selon le rapport, passée de 1 minute 48 secondes sous Sévigny à 3 minutes 50 secondes sous Lussier. L’échantillon n’est toutefois que de quatre séances du conseil et 34 questions pour cette partie du rapport.

Mme Beaudin ne vise toutefois pas à critiquer le travail de Nicole Bergeron qui répond aux citoyens la grande majorité du temps en tant que présidente comité exécutif.

« C’est un nouveau rôle qu’elle joue alors j’imagine qu’elle a à s’y habituer. Ce n’est pas mauvais non plus qu’elle prenne du temps pour répondre parce qu’elle veut donner des réponses complètes et que les gens repartent satisfaits. »

C’est une opinion qui est partagée par le conseiller Julien Lachance.

« Nous avons une présidente qui est capable d’expliquer le fond et la logique de nos décisions, c’est important, explique-t-il. On a à se discipliner des deux côtés. Mais si on est capable de répondre aux citoyens, il faut le faire, et c’est apprécié, je pense. »

La conseillère Annie Godbout confirme que la durée des réponses des élus a déjà été évoquée dans le huis clos.

« On en est conscient. C’est notre rôle d’écouter les citoyens. C’est sain que se pose cette question », résume-t-elle en déplorant toutefois le fait que les élus n’est pas reçu le rapport produit par le parti d’opposition.

Séances trop longues

Évelyne Beaudin admet que les séances du conseil municipal sont trop longues, mais elle ne croit pas que ce soit le temps de parole des citoyens qui doit écoper.

« Les citoyens qui viennent poser des questions ne sont pas des professionnels, et on ne devrait pas non plus souhaiter qu’ils le soient, précise-t-elle. Nous nous préparons et nous sommes rémunérés pour ça. On devrait avoir des messages concis et efficace. On peut exiger ça de nous-mêmes, mais on a pas à avoir d’exigences envers les citoyens et on doit tolérer qu’ils répètent une phrase deux ou trois fois ou que ce soit un peu croche. C’est certain qu’on préfère lorsque les gens sont efficaces et on souhaite qu’ils se préparent le plus possible, mais on ne peut pas l’exiger. »

« Je considère donc que oui les séances du conseil sont trop longues, mais pas à cause de la période des questions, résume-t-elle. Lire des avis publics de trois pages à simple interligne parce que le gouvernement du Québec nous l’exige, c’est long, inutile et plate. Ça ne sert à rien, je ne comprends pas pourquoi ils nous font faire ça. »