Un projet pilote sur l'utilisation d'une peinture plus durable dans les rues

SHERBROOKE - La Ville de Sherbrooke réalisera un projet pilote pour l'utilisation d'une peinture plus durable dans les rues. La directrice du Service des infrastructures urbaines, Caroline Gravel, a abordé le sujet alors que les élus approuvaient l'achat d'une nouvelle machine à tracer les lignes dans les rues lors du dernier conseil municipal.

L'équipement en question, considéré plus efficace, plus précis et plus rapide, peut contenir deux couleurs de peinture à la fois, en plus d'incorporer une mesure de distance et un alignement au laser. Il permettra d'augmenter le taux d'efficacité actuel de 50 % dans plusieurs situations où le jaune et le blanc doivent être utilisés dans un même secteur, entre autres aux intersections des secteurs résidentiels. Il coûtera 40 000 $, mais les économies générées permettront d'absorber les coûts en une année et demie.

«Quand j'ai vu cette acquisition, ça m'a remémoré un commentaire que j'ai fait ici sur la permanence ou la non-permanence de la peinture, qui se détériore très rapidement. Peut-on trouver un type de peinture de plus grande qualité? C'est fou comme on doit refaire les lignes d'année en année, et même dans un même été. Ça m'amène à me questionner : tant qu'à changer la machine, peut-on investir dans une peinture de meilleure qualité pour une plus grande durabilité?», s'est interrogée la conseillère Annie Godbout.

«Il faut comprendre que nous avons trois types de peinture selon les normes actuelles : de courte durée, de moyenne durée et de longue durée. Celle de courte durée doit être utilisée selon des conditions particulières. Les équipes font en général les travaux la nuit. Le taux d'humidité est plus élevé, ce qui fait que la peinture dure moins longtemps. La durée de vie, dans toutes les normes qu'on a, est de six mois. Nous ne sommes pas hors norme par rapport aux autres villes. Si nous avions des conditions idéales de pose, ça durerait plus longtemps», a répondu Caroline Gravel.

«On est à regarder des projets pilotes pour l'été qui s'en vient pour de la peinture de moyenne durée, mais ce ne sera pas les lignes axiales. Ce sera plus pour les flèches et les traverses de piétons, les éléments plus ponctuels.»

Caroline Gravel

La peinture de courte durée est une peinture à l'eau alors que celle à moyenne durée est à l'époxy.

La conseillère Évelyne Beaudin en a profité pour demander qu'on étudie la possibilité de faire du marquage dans certaines rues résidentielles pour des raisons de sécurité. 

«J'espère qu'au conseil municipal on pourrait se questionner sur la possibilité d'utiliser un peu plus le traçage comme mesure de sécurité dans les rues résidentielles. Jusqu'à maintenant, ce n'est pas quelque chose qui a été accepté par nos services. Sans nécessairement l'appliquer partout, dans certains secteurs, ça se justifie. Dans mon district, je pense entre autres à la rue Albert-Charpentier, où il y a une double courbe et où les autos coupent les courbes et laissent peu d'espace aux piétons, ce qui est d'autant plus dangereux l'hiver avec les bancs de neige. Je pense que ce serait pertinent d'évaluer la possibilité ne serait-ce que pour ce genre de rue là, quand il n'y a pas de trottoir.»