Un jeune citoyen critique Bergeron: «Vous dites beaucoup de mots. Ça ne veut pas dire grand-chose»

Le citoyen Jonathan Savard s’est montré critique envers la présidente du conseil municipal, Nicole Bergeron, lors de son passage à l’hôtel de ville de Sherbrooke lundi. Il lui reproche de ne pas répondre aux questions qui lui sont adressées lors de la période des questions des citoyens.

« Lors de la dernière séance, je vous ai parlé de démocratie, de participation citoyenne, et pourtant j’ai assisté à l’inverse. Vous avez répondu à moins de la moitié de mes questions et de mes sous-questions en esquivant la majorité d’entre elles. Vous avez répondu grossièrement sur le sujet, mais sans vraiment y répondre. Si l’expérience se répète, je vais déposer la liste de mes questions et de mes sous-questions pour vous faciliter la tâche.

« Mme la présidente, vous dites beaucoup de mots. Ça ne veut pas nécessairement dire grand-chose. Il n’y a pas beaucoup d’engagements qui sont pris devant les citoyens. Pourquoi c’est toujours vous qui répondez aux questions et pas les conseillers, comme ça se fait à Longueuil par exemple? Pourquoi les réponses sont si longues pour si peu d’engagements? Est-ce que ça vaut la peine de poser des questions? Je me le suis demandé après avoir observé deux périodes de questions. »

« Une commande? »

M. Savard a du même coup interpellé le directeur général à propos de sa sortie médiatique contre le sondage lancé par Évelyne Beaudin auprès des employés municipaux. 

« Je me demande si vous étiez à l’aise d’être accompagné par le maire lors de votre sortie supposément administrative. Je me demande si c’était une commande pour embarrasser Mme Beaudin comme au début du mandat. Il y a de sérieuses questions à poser à propos du lien entre l’exécutif et l’administratif à la Ville. »

Nicole Bergeron a indiqué que c’est elle qui répond aux questions parce que c’est à elle, comme présidente, qu’elles sont adressées.

« Je voudrais juste vous dire que je donne la parole à beaucoup de conseillers quand les présidents de comités sont concernés. Mais il reste que selon la procédure qui a été instaurée, c’est à moi que les questions sont adressées et je tente d’y répondre au meilleur de ma connaissance. Vous insinuez que je ne réponds pas à toutes les questions ou que je réponds de façon insuffisante. C’est sûr que si vous arrivez avec 30 questions que vous me défilez en rafale en trois minutes vingt, je n’écris pas en sténo. Les membres du conseil me disent que des fois je prends peut-être un peu trop de temps à répondre aux questions des personnes présentes alors que le message que vous me passez, c’est que je ne passe peut-être pas assez de temps à y répondre. »

La conseillère Annie Godbout a mentionné qu’il fallait peut-être expliquer davantage le fonctionnement aux citoyens. « C’est important que les citoyens comprennent bien que c’est à notre mot du conseiller [NDLR À la fin du conseil municipal] qu’on peut réagir à leurs interventions. »

« Pour le sondage, nous avons déjà répondu à ces questions. Le dg a exposé la position de l’administration », a répondu Nicole Bergeron.

Nicole Bergeron