Le maire Steve Lussier et la présidente du Comité exécutif, Nicole Bergeron, participeront à la séance de travail sur le budget 2018, qui s’étendra sur au moins deux jours.

Un incontournable gel de taxes

C’est avec un document de plus de 400 pages sous le bras que les élus sherbrookois se présenteront à l’hôtel de ville cet après-midi afin de participer à la séance de travail sur le budget 2018, qui s’étendra sur au moins deux jours.

Selon ce que La Tribune a appris, le préambule du document rédigé par le maire Steve Lussier réitère sa promesse phare de la dernière campagne électorale, soit celle de geler le compte de taxes des Sherbrookois pour la prochaine année.

Tous les conseillers interrogés jeudi par La Tribune ont identifié le gel de taxes comme étant la pièce maîtresse des travaux qui se dérouleront à huis clos.  

Conseiller du district des Quatre-Saisons et unique représentant du Renouveau sherbrookois, Vincent Boutin dit aborder la séance de travail avec « ouverture », compte tenu de l’objectif fixé par le maire Lussier :

« On va voir de quelle façon il va faire sa proposition (de geler les taxes). Pour ma part, une ville c’est bien davantage que des égouts et du déneigement. C’est d’abord et avant tout un milieu de vie. N’ayant pas vu les chiffres, je veux m’assurer que s’il y a des coupures, on ne sera pas obligés de faire du rattrapage dans deux ou trois ans… »

Le conseiller indépendant Pierre Avard croit lui aussi que le conseil doit respecter la promesse faite par le maire Lussier :

« Pour moi, la promesse de geler les taxes, c’est non négociable. Maintenant que ç’a été promis, il faut trouver toutes les façons d’y arriver. À mon avis, il n’y a pas d’alternative. C’est ce qui a été promis aux gens et c’est ce qu’ils attendent », insiste le conseiller du Pin-Solitaire.

Comment y arriver? Là est toute la question, dit-il : « Il y a une grosse partie du budget qui est déjà engagée et dont on n’aura pas le choix d’approuver. Je pense aux salaires, par exemple. Mais il y a aussi beaucoup de comités et d’organismes à la Ville. Je pense que si on veut aller chercher des économies substantielles, il faut regarder de ce côté-là. »

Vincent Boutin dit aborder la séance de travail avec « ouverture ».
Pierre Avard pense que si la Ville veut aller chercher des économies substantielles, elle doit regarder vers les comités et les organismes.

Des décision à prendre

Quelles que soient les décisions qui seront prises au terme de l’exercice, Annie Godbout estime que les élus doivent faire preuve de cohérence parmi les choix qui seront faits.

« Le fait de vouloir geler les taxes va fort probablement impliquer une perte de services, prévient la conseillère de Rock Forest. C’est ce qui va falloir bien comprendre et surtout débattre, dit-elle. Il va falloir poser des questions bien précises, parce qu’au-delà du gel de taxes, il y a des citoyens qui tiennent à garder certains services », souligne Mme Godbout.

« Personnellement, toute la question de la sécurité dans les rues, sur les trottoirs, les aménagements pour réduire la vitesse dans les rues sont des dossiers prioritaires pour moi. Le prolongement du boulevard René-Lévesque l’est tout autant. »

Les séances de travail se tiendront entre 13 h et 18 h vendredi et entre 8 h 30 et 17 h samedi. Si nécessaire, une troisième séance est prévue dimanche en matinée.

Annie Godbout estime que les élus doivent faire preuve de cohérence.