Dimanche avait lieu une assemblée organisée par le collectif Ensemble avec les personnes migrantes contre le racisme pour échanger au sujet des enjeux des projets de loi 9 et 21. À la suite des discussions, un rassemblement est prévu le 9 juin au palais de justice de Sherbrooke.

Un collectif s’élève contre les projets de loi 9 et 21

Plusieurs Sherbrookois se mobilisent alors que la controverse que suscitent les projets de loi 9 et 21 perdure.

« Au Québec, il y a un faux consensus. Apparemment, la majorité est d’accord pour ce genre de projet de loi alors que, pourtant, on suspend les principes de la charte des droits et libertés, ce qui va stigmatiser la charte des valeurs. Ça va créer des frictions dans la société en plus d’alimenter la méfiance et les préjugées », déplore Guillaume Manningham, porte-parole du collectif Ensemble avec les personnes migrantes contre le racisme (qui regroupe plusieurs organismes et citoyens).

Rappelons que le projet de loi 21 sur laïcité de l’État consiste à interdire le port de signe religieux aux personnes en position d’autorité et que le projet de loi 9 permet au Québec d’être plus sélectif quant à l’immigration. Ces deux projets de loi suscitent plusieurs inquiétudes chez des immigrants, qui sont déjà établis au Québec depuis plusieurs années.

Notamment, une famille égyptienne établie à Sherbrooke depuis sept ans. Le père est étudiant à l’université et sa conjointe travaille dans un centre d’appel. À cause du projet de loi, leur demande de permanence a été suspendue, ce qui crée beaucoup d’inquiétudes.

« Il y a des injustices et des attaques qui sont faites à certaines minorités en ce moment. On peut penser que ça ne nous concerne pas, mais ce sont des attaques par rapport à un type de société dans laquelle on veut vivre », avance Guillaume Manningham.

« Les conflits dans le monde causent l’exode de plusieurs populations, et ça ne va pas cesser, enchaîne-t-il. C’est donc important de se sensibiliser en apprenant, mais aussi d’être solidaire. Rencontrer et partager à travers des revendications ou des assemblées pour une société plus juste et égalitaire. Si on veut s’opposer aux groupes d’extrême droite, il faut se solidariser et être vigilant. »

Réalité différente

Dans une assemblée organisée par le collectif, plusieurs échanges portaient principalement sur les projets de lois discriminatoires. Toutefois, d’autres sujets ont fait surface. Plusieurs personnes ont témoigné de la xénophobie à laquelle ils doivent faire face.

Selon le porte-parole, à Sherbrooke, il n’est pas impossible pour un immigrant de se faire insulter. Il précise toutefois que ce n’est pas une situation courante, mais qu’il y a tout de même eu plusieurs cas.

D’ailleurs, certaines personnes ont pu témoigner de leur vécu en tant que réfugié et les embûches auxquelles ils ont dû faire face.

Un rassemblement organisé par le collectif est prévu le 9 juin au palais de justice à Sherbrooke pour s’opposer aux deux projets de loi.