Spectre média, Frédéric Côté

Tremblay veut impliquer le privé dans le Centre de foires

Devrait-on revoir le mode de gestion et l’utilisation du Centre de foires? Le conseiller Pierre Tremblay souhaite une discussion en profondeur sur le sujet. La présidente de Destination Sherbrooke, Annie Godbout, rappelle pourtant les bons résultats du Centre de foires en 2017.

« Lors de notre lac-à-l’épaule, j’aimerais m’assurer que nous parlerons d’un sujet qui me tient énormément à cœur et aussi à la population de Sherbrooke, soit le Centre de foires. Je tiens mordicus qu’une période soit consacrée à ce sujet. Il est grand temps de s’interroger sérieusement sur l’avenir de cette superstructure », a lancé M. Tremblay lundi, pendant la période des messages des conseillers.

Lire aussi: Lussier vendrait le Centre de foires et Nikitotek

« Est-ce que Destination Sherbrooke est le bon véhicule pour gérer le Centre de foires? J’ai des sérieux doutes. Depuis le début, le Centre de foires ne joue pas le rôle qu’il devait jouer. On disait du Centre de foires qu’il deviendrait un moteur économique pour la ville de Sherbrooke. Les trois paliers de gouvernement ont investi près de 30 M$. Ce n’est sûrement pas pour faire des partys de Noël ou des réunions mondaines. Je lance le défi à tout le monde de nommer cinq activités d’importance qui s’y tiennent chaque année. »


«  Pour moi, le Centre de foires est une business, un domaine très spécialisé qui doit être géré par des experts des foires et des expositions.  »
Pierre Tremblay

Pierre Tremblay s’est alors exécuté, ayant besoin de l’aide de ses collègues pour répertorier trois événements tenus au plateau Saint-Joseph.

« On a de très sérieuses questions à se poser quant à l’utilisation et ce que doit être le Centre de foires. Pour moi, le Centre de foires est une business, un domaine très spécialisé qui doit être géré par des experts des foires et des expositions. Je verrais très bien une formule public-privé pour la gestion. »

Le maire Steve Lussier s’est dit à l’écoute. « Le Centre de foires, c’est aussi quelque chose qui me préoccupait. On va le regarder. Pour l’instant, il y a de bons collaborateurs. Il y a eu une réunion la semaine dernière où on a eu la démonstration qu’il y avait peut-être des choses à regarder pour les événements mais qu’il y avait une rentabilité. »

La présidente de Destination Sherbrooke, Annie Godbout, s’est montrée surprise « parce que les résutalts du Centre de foires sont très positifs ».

« J’ai d’ailleurs pris le temps d’organiser une rencontre avec mes collègues et le C.A. de Destination Sherbrooke pour bien comprendre les dynamiques de ce que fait l’organisation. Ce qui a été présenté et ce qu’ils ont bien compris, c’est que les ressources sont partagées avec un ensemble d’infrastructures : pour le Centre de foires, le Marché de la gare, la place Nikitotek. Ça nous permet de faire des économies d’échelle. »

Mme Godbout relève du même coup que Pierre Tremblay était absent de cette rencontre. « Il a manqué beaucoup d’information. Ç’a été soulevé par deux, trois de mes collègues. »

Pour illustrer les succès du Centre de foires, Annie Godbout rappelle les 252 jours d’occupation l’an dernier. « Le délégué commercial qui fait le travail vise 300 jours par année. Les gens travaillent très fort. Il y a même un projet prometteur pour cet été qui pourrait être annoncé qui permettrait encore une meilleure utilisation du Centre de foires. »