Justin Trudeau répond aux questions des citoyens à Lower Sackville, en Nouvelle-Écosse, le 9 janvier

Tournée de Justin Trudeau: préinscription obligatoire

Les citoyens qui veulent poser des questions au premier ministre du Canada, lors de son prochain passage à Québec, doivent s’inscrire préalablement. La rencontre avec Justin Trudeau aura lieu jeudi, à 18h, à l’école secondaire De Rochebelle, dans le secteur de Sainte-Foy.

M. Trudeau a lancé une nouvelle tournée pancanadienne au cours de laquelle il se prête au jeu questions-réponses avec des citoyens. Après Halifax, Hamilton et London cette semaine, ce sera Québec la semaine prochaine, puis Winnipeg et Edmonton.

Les intéressés doivent obligatoirement s’inscrire à partir du site Web ou de la page Facebook du député Joël Lightbound puisque l’assemblée citoyenne a lieu dans sa circonscription de Louis-Hébert. 

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’événement se déroule à l’école secondaire De Rochebelle puisque c’est là que M. Lightbound a étudié et fait ses premières armes en politique. Il se fait d’ailleurs un plaisir d’y retourner régulièrement. 

Il n’y a pas de limite aux inscriptions pour le 18 janvier. 

Toutefois, il y a de la place pour 1000 personnes dans la salle choisie et c’est le principe du premier arrivé, premier servi parmi les inscrits qui sera appliqué sur les lieux. Les portes ouvriront à 16h30.

Formule town hall

La formule town hall développée par l’administration Trudeau permet au premier ministre de s’entretenir directement avec les citoyens. À Québec, il veut «discuter des façons qui permettront de créer une croissance économique qui profite à tous, de se préparer pour les emplois de l’avenir et de bâtir une classe moyenne plus forte et résiliente». 

Toutes les questions sont cependant les bienvenues. C’est Justin Trudeau qui désigne, au hasard, ceux qui les posent. 

La rencontre doit durer autour de deux heures. 

Par exemple, cette semaine, le chef libéral a dû s’expliquer sur la légalisation du cannabis, sur son voyage sur l’île privée de l’Aga Khan, sur le dédommagement offert à Omar Khadr et… sur la sécurité pendant ses assemblées. 

Une personne de l’organisation à Québec tient à rassurer les citoyens : «C’est très sécuritaire. Tout est planifié dans les détails.» 

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) s’y prend en effet des semaines d’avance pour préparer la venue du premier ministre. L’identité des participants est consignée.  Manteaux et sacs devront aussi être laissés au vestiaire.