Philippe Couillard

Soirées chez Marc Bibeau: l'opposition reproche au PLQ d'être «sous influence»

Les trois partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont uni leurs forces mercredi pour reprocher une fois de plus au Parti libéral du Québec (PLQ), et plus particulièrement au premier ministre Philippe Couillard, son manque d'éthique.

S'appuyant sur des révélations du Journal de Québec, le leader parlementaire du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, a sonné la charge et soutenu que le PLQ était sous l'influence de l'ex-argentier libéral, Marc Bibeau.
Dans son édition de mercredi, le Journal maintient que M. Bibeau a organisé au moins sept fêtes somptueuses pour mettre en contact les ministres du gouvernement libéral et des firmes de génie qui contribuaient à la caisse du parti.
Toujours selon le quotidien, pratiquement tout le conseil des ministres en 2003-2004 était invité à ces fêtes, dont M. Couillard, alors ministre de la Santé. On nomme aussi Jacques Dupuis, Michelle Courchesne, Norman MacMillan, Lise Thériault, Jacques Chagnon, Julie Boulet et Geoffrey Kelley.
M. Bérubé a exigé des explications de la part des ministres toujours en poste aujourd'hui. Il invite aussi le Directeur général des élections (DGE) à se pencher sur les révélations, notamment celle voulant que des cabinets ministériels auraient contribué à ces activités partisanes.
De son côté, le député de la Coalition avenir Québec (CAQ), Éric Caire, s'est dit «dégoûté» par le «trafic d'influence». Il a dit soupçonner que M. Bibeau a encore «le bras long» et obtient des contrats gouvernementaux lucratifs.

Marc Bibeau

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, n'a pas hésité à parler de «corruption» qui «grangrène le Parti libéral et ce n'est pas réglé».
Pour le libéral Serge Simard, les évènements se sont produits «dans une autre ère». Le ministre délégué à l'Intégrité des marchés publics, Robert Poëti, a fait valoir que les lois ont été resserrées depuis. Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a parlé «d'acharnement».