Le candidat conservateur aux dernières élections fédérales dans Sherbrooke, Dany Sévigny, demande au chef Andrew Scheer de laisser son poste pour déclencher une course à la direction du PCC.

Sévigny invite Scheer à partir

Le candidat conservateur défait à la dernière élection fédérale dans Sherbrooke, Dany Sévigny, invite le chef Andrew Scheer à laisser sa place, quitte à se présenter à la course à sa propre succession à la chefferie du parti.

Dans le contexte d’un gouvernement minoritaire à la tête du pays, le Parti conservateur du Canada (PCC) doit être prêt à toute éventualité, souligne M. Sévigny à La Tribune.

« Si le parti retourne en élection avec lui comme chef, nous aurons le même résultat », explique-t-il.

« Après l’élection, je me suis fait souvent dire par des électeurs qu’ils auraient aimé voter pour un député et un chef en même temps… »

La pression a été forte sur M. Scheer au cours des derniers jours. Nombreux sont ceux qui réclament son départ. Depuis sa défaite du 21 octobre, d’ex-candidats, des sénateurs et des militants connus du PCC lui ont indiqué sortie. 

Andrew Scheer a répondu jeudi qu’il avait l’intention de demeurer en poste jusqu’au congrès d’avril. La question de l’avortement a pesé lourd durant la campagne.

Plus tôt cette semaine, une rencontre des candidats défaits a eu lieu. M. Sévigny y était présent. « C’est le lieutenant québécois du parti M. (Alain) Rayes, qui m’avait convaincu de me présenter. Nous avions plus de chance de gagner en juin qu’en septembre », déclare-t-il.

« M. Scheer a eu l’humilité de venir nous rencontrer cette semaine. J’apprécie la personne. Mais les convictions personnelles du chef ne doivent pas affecter le gouvernement », dit-il.

« Si la question de l’avortement avait été soulevée (par un éventuel gouvernement conservateur), je serais parti. Il y a longtemps que la question de l’avortement est réglée au Canada. On ne doit pas revenir là-dessus. »

Rappelons que Dany Sévigny a récolté 6376 votes au dernier scrutin dans Sherbrooke, contre 17 551 pour la libérale Élisabeth Brière et 16 917 pour le néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault et 15 465 pour le bloquiste Claude Forgues.

« Le parti conservateur n’est pas parfait, comme tous les autres partis, enchaîne-t-il. Mais nous étions le seul parti pancanadien à la défense du Québec. »

« Mais Andrew Scheer n’a pas su toucher le cœur des Québécois. Il n’a pas réussi à créer un lien de confiance avec les gens. Ce n’est pas normal que la question de l’avortement soit toujours revenue durant la campagne. »

Est-ce que Dany Sévigny pourrait se représenter si des élections étaient déclenchées, si le gouvernement était défait en chambre ? « Certainement pas avec la même recette… », répond-il.

« Il nous faudra un chef qui parle mieux français. Nous devrons aussi être plus progressistes pour être plus près des Québécois. »

Sans trop vouloir s’avancer sur le sujet, Dany Sévigny, laisse entendre que le traitement médiatique n’a pas toujours été équitable pour son parti.