La députée Agnès Maltais a déposé lundi à l’Assemblée nationale une pétition de 2570 signatures réclamant qu’une commission se penche sur les pratiques des groupes à dérive sectaire.

Sectes: Agnès Maltais réclame encore une commission

À la dernière semaine d’une carrière de 20 ans à l’Assemblée nationale, la députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, a déposé une pétition regroupant les signatures de 2570 personnes réclamant qu’une commission se penche sur les pratiques des groupes à dérive sectaire.

Mme Maltais a indiqué avoir été touchée par le cas d’Éloïse Dupuis, une témoin de Jéhovah de 27 ans décédée en octobre 2016 à l’Hôtel-Dieu de Lévis quelques jours après avoir donné naissance à son premier enfant. Elle avait, comme le veut sa religion, refusé une transfusion sanguine qui aurait pu lui sauver la vie.

«Je crois que sous le couvert de la liberté de religion, on accepte des choses qui seraient autrement considérées comme illégales», a déclaré Mme Maltais en point de presse. «Pour moi, cette pétition est un legs. Je souhaite dire à la société québécoise de se préoccuper de ces personnes qui vivent aussi des abus financiers et parfois des agressions sexuelles dans ces groupes.»

Elle a rappelé qu’en plus des 2570 signatures, plusieurs personnes avaient refusé d’apposer leur nom sur la pétition même s’ils l’appuyaient parce qu’ils craignaient qu’un membre de leur famille voie leur nom et que leur appui soit à l’origine de conflits familiaux.

+

+

Pratiques illégales

«Je le dis à tous les partis : ce mandat doit être accompli. Il faut qu’une commission se penche sur cette idée qu’il y a des pratiques illégales qui se font sous le couvert de la liberté de religion. N’oublions pas qu’on a toute une histoire au Québec en matière de sectes», a déclaré Mme Maltais, énumérant la secte juive Lev Tahor, l’Église de scientologie, l’Ordre du temple solaire et la secte du défunt gourou Roch Thériault, dit Moïse. «Si vous saviez tout ce que j’ai entendu... Il y a des gens qui en pleuraient!»

Jonathan Lavoie, dont le frère Jean-Claude est décédé en 2006 après avoir refusé une transfusion à la suite d’une opération pour une tumeur à l’intestin, et Manon Boyer, tante d’Éloïse Dupuis, étaient présents aux côtés de Mme Maltais, de même que d’autres membres des familles de personnes décédées dans des circonstances similaires.

«Il y a chaque année 900 témoins de Jéhovah dans le monde qui meurent pour cette raison. Éloïse serait encore là si les médecins avaient fait ce pour quoi ils sont formés. Comment peut-on accepter qu’en 2018, des médecins et des politiciens se soumettent à une doctrine moyenâgeuse comme la doctrine du sang chez les témoins de Jéhovah?» s’est interrogée Mme Boyer, ajoutant qu’elle ne croyait pas que le Parti libéral du Québec veuille faire quoi que ce soit pour changer la situation.

«Je souhaite que les élections à venir portent au pouvoir le Parti québécois ou la Coalition avenir Québec, ce qui serait pour nous un rayon d’espoir», a conclu Mme Boyer.