Père de famille et professeur à la faculté de droit de l'UdeS, Guillaume Rousseau se dit confiant de l'emporter dans une « course serrée » dans Sherbrooke sous la bannière du Parti québécois.

Rousseau officiellement candidat du PQ

Guillaume Rousseau est officiellement candidat du Parti québécois dans Sherbrooke en vue des élections de l'automne. Le parti a officialisé son poste mercredi lors d'une soirée d'investiture à laquelle Véronique Hivon, vice-cheffe du PQ, participait.

M. Rousseau, connu entre autres comme universitaire, a pu accéder au poste de candidat sans opposition. « Ce n'est pas mon chef Jean-François Lisée qui m'a nommé. Je suis là parce que les membres l'ont décidé », lance-t-il fièrement.

« Ce n'est pas comme à la CAQ où (le chef) M. (François) Legault décide des candidats comme le fait un PDG. On l'a vu cette semaine avec la nomination de M. Bachand dans Richmond. »

Il a aussi dévoilé le slogan qui guidera sa campagne, soit « Guillaume Rousseau pour nos services publics! » Il fait le pari que Sherbrooke serait grande gagnante d'un réinvestissement gouvernemental dans les services publics.

« Sherbrooke a souffert de l'austérité du gouvernement libéral. Maintenant qu'il y a des surplus, il faut un réinvestissement dans les services publics en raison de la présence à Sherbrooke de l'université et du CHUS », explique-t-il.

« C'est vrai pour tout le Québec, mais particulièrement pour Sherbrooke. Tous les contribuables de la circonscription en bénéficieraient. »

Ce père de famille professeur à la faculté de droit de l'UdeS se dit confiant de l'emporter dans une « course serrée » dans la circonscription. Historiquement, le PQ est demeuré une force dans Sherbrooke. La CAQ, malgré de bons sondages, ne semble pas afficher autant de vigueur en Estrie, analyse-t-il. « Quand c'est coude-à-coude, tout peut arriver », dit-il.

« En plus, nous commençons la précampagne très tôt. Nous voulons rencontrer les différents groupes dans la région ce printemps et ensuite commencer le porte-à-porte cet été. Nous serons actifs sur le terrain. »

Guillaume Rousseau est conscient que la lutte sera difficile et que son adversaire libéral, Luc Fortin, ministre responsable de la région estrienne, jouit d'une importante visibilité.

Il fait toutefois valoir son expérience dans le monde universitaire en tant que chercheur dans des domaines variés comme la langue et l'immigration, l'accès à la justice ainsi que le droit constitutionnel et municipal.

Ce Sherbrookois de naissance a aussi été impliqué dans la société civile comme président de l'organisme Dysphasie-Estrie, fondateur de la clinique juridique Juripop de l'Estrie et membre du comité consultatif d'urbanisme de la ville de Sherbrooke.

Au chapitre expérience politique, il a agi à titre de conseiller politique et juridique auprès de Pauline Marois, de 2010 à 2012, alors qu'elle était chef du PQ et de l'Opposition officielle à Québec. Il a alors eu à travailler en collaboration avec Véronique Hivon sur différents dossiers, se souvient-il.

C'est une semaine assez occupée au chapitre de la politique provinciale à Sherbrooke. Lundi, Amir Khadir, le député de Mercier de Québec solidaire, est venu soutenir sa la candidate pressentie Christine Labrie.

Lundi aussi, M. Legault était à Sherbrooke pour officialiser la candidature d'André Bachand dans Richmond. Notons que, contrairement à ce qui a été écrit dans les dernières éditions, c'est dans Sherbrooke, aux élections fédérales de 2008, que M. Bachand a représenté le Parti conservateur. Le bloquiste Serge Cardinavait remporté la course.