La ministre Tremblay a tenu aussi à souligner que ce bureau de projet ne nuisait en rien au prolongement de la 138 en Basse-Côte-Nord.

«Quelques millions» pour un pont sur le Saguenay

BAIE-COMEAU — Les ministres Véronyque Tremblay et Pierre Arcand ont confirmé vendredi matin à Baie-Comeau la création du bureau de projet pour la construction d’un pont sur le Saguenay, entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine. Ce bureau, qui n’a pas de lieu physique, sera doté d’un budget de «quelques millions» et amorcera ses travaux cet été.

Le gratin politique de l’ouest de la Côte-Nord était sur place pour cette annonce attendue depuis longtemps, le projet de pont ayant des échos sur la Côte-Nord depuis au moins 40 ans. Cette annonce concrétise aussi les paroles du premier ministre Philippe Couillard en août dernier, lui qui s’était engagé dans la création du bureau de projet.

Le bureau aura comme mandat principal de mettre à jour les informations et les études pertinentes déjà réalisées, de procéder à une analyse socioéconomique des emplois reliés au service de traversier entre les deux villages et d’élaborer un dossier d’opportunité, nécessaire pour les projets de 100 M$ et plus, tout en consultant citoyens, groupes et organismes intéressés.

«Le bureau va nous déposer la meilleure solution coûts-bénéfices», a fait valoir la ministre déléguée aux Transports. Ce dépôt devrait se faire au cours de l’année 2020. Et qu’arriverait-il si la meilleure solution était de ne pas construire de pont?

«Une décision devra être prise au Conseil des ministres si on en venait à la conclusion que les bénéfices ne sont pas très grands, mais si on lance aujourd’hui un bureau de projet, c’est parce que sincèrement, on croit au désenclavement de la Côte-Nord», a-t-elle lancé. Son collègue Arcand a été encore plus catégorique, assurant que le projet allait «voir certainement le jour dans les prochaines années».

Des appréhensions

Pierre Breton, grand défenseur du projet et membre de la coalition Union 138, s’est réjoui de cette annonce et a tenu à rappeler qu’il s’agissait de la première fois dans l’histoire de ce projet qu’un premier ministre se dise favorable à la construction d’un pont sur le Saguenay.

Celui qui s’intéresse à la problématique de la traversée du Saguenay depuis des décennies a néanmoins «des appréhensions», notamment en lien avec l’interminable étude conclue en 2009 et statuant qu’un pont coûterait 1 G$. Union 138 promet qu’avec les techniques d’aujourd’hui, un tel pont coûterait 300 M$.

«J’ai travaillé sur ce comité consultatif durant huit ans pour constater que l’information, on ne l’avait pas reçue. J’espère sincèrement que ce coup-ci, on aura l’ensemble des informations pour que les Nord-Côtiers puissent enfin être désenclavés des deux côtés», a-t-il affirmé.

Quant au député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet, il confie en avoir «suffisamment entendu pour avoir confiance dans la mise en place du bureau de projet» et se réjouit du comité de liaison, qui fera en sorte que «la région sera entendue».

La ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, lors de l’annonce de la création du bureau de projet pour la construction d’un pont sur le Saguenay vendredi à Baie-Comeau.

Les préfets des MRC de Manicouagan et de Charlevoix-Est, Marcel Furlong et Sylvain Tremblay, encadrent les ministres Pierre Arcand et Véronyque Tremblay.