Colombe Landry, candidate pour Québec Solidaire dans Richmond, s’adresse au président du CA du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, Jacques Fortier, ainsi qu’à Patricia Gauthier, PDG de l’établissement.

Québec Solidaire confronte le CIUSSS

Le conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie – CHUS a reçu la visite de membres de Québec Solidaire lors de son assemblée de jeudi. Ceux-ci ont demandé des réponses pour les citoyens.

Colombe Landry, candidate dans Richmond et instigatrice de l’initiative, a interrogé le conseil sur l’existence d’un quota d’achat d’aliments locaux. Le directeur des ressources financières et de la logistique Pierre-Albert Coubat a répondu qu’une proportion de 25 % des achats annuels faits par le CIUSSS, toutes catégories confondues, était de provenance locale.

Il a aussi confirmé que, parmi les critères inscrits dans les appels d’offres, se trouvent des exigences en lien avec le développement durable.

« J’aurais aimé entendre qu’il y a un objectif de quota. Il y a des agriculteurs qui ont de la difficulté à écouler les aliments qu’ils produisent. Ça me préoccupe aussi parce que, localement, il faut qu’on soit le plus autonomes possible », a confié à La Tribune Mme Landry, qui se dit également inquiète de la salubrité des importations.

Elle a demandé à connaître les exigences de l’établissement en lien avec la présence de pesticides dans les repas servis. « Nous avons une politique de qualité alimentaire », a donné pour réponse M. Coubat.

Kevin Côté, candidat dans Saint-François, a voulu remettre la question de la gratuité des stationnements sur la table. Il a d’ailleurs insisté sur la clientèle démunie, pour qui l’accès aux services pourrait selon lui se voir restreint par les frais de stationnement.

« On ne peut pas rendre la chose gratuite », a établi la présidente-directrice générale Patricia Gauthier, expliquant la directive gouvernementale exigeant l’autofinancement des stationnements.

« On a des attentions pour les gens qui n’ont pas d’argent, on a une procédure d’établie pour ça. On ne laissera jamais quelqu’un dans la rue qui a besoin de se faire soigner et qui n’a pas le 2,50 $ pour payer le stationnement, prenez ma parole et celle de tout le conseil ici », a insisté Jacques Fortier, président du conseil d’administration.

« Je suis d’accord avec sa bonne foi, mais ce n’est pas tout le monde qui est au courant, ce n’est pas annoncé. Puis, au final, s’il y a plus de paperasse pour ne pas avoir à payer, ça devient difficile », a déploré M. Côté en entrevue.

Décisions déconnectées

De son côté, Annabelle Lalumière-Ting, candidate dans Orford, a soulevé les inquiétudes récemment partagées par la population de Memphrémagog quant à des diminutions de service et au sujet de la localisation de la prise de décisions, soit à Sherbrooke.

Mme Gauthier a mentionné différentes mesures récemment entreprises pour assurer une meilleure communication avec les différents territoires, dont l’ajout de personnel-cadre, d’agents de communication et de tournées informatives auprès des nouveaux élus.

« Concernant les coupures, on leur a démontré qu’il n’y en avait pas eu dans Memphrémagog. Il y a plus de dépenses qui ont été éliminées pour la région de Sherbrooke que dans Memphrémagog », a rétorqué Mme Gauthier.