Dans un communiqué, le ministre des Finances, Éric Girard, souligne que l’argent sera mis de côté pour faire face aux imprévus, notamment.
Dans un communiqué, le ministre des Finances, Éric Girard, souligne que l’argent sera mis de côté pour faire face aux imprévus, notamment.

Québec revoit sa cible de surplus budgétaire à la hausse

Continuant à profiter d’un contexte économique favorable, le gouvernement Legault revoit légèrement à la hausse le surplus pour l’exercice financier en cours, qui devrait maintenant atteindre 1,7 milliard $.

Il s’agit d’une augmentation de 261 millions $ par rapport à la cible qui figurait dans la mise à jour économique du 7 novembre, explique-t-on dans le rapport mensuel des opérations financières au 30 septembre dévoilé vendredi.

Dans un communiqué, le ministre des Finances, Éric Girard, souligne que l’argent sera mis de côté pour faire face aux imprévus, notamment.

«Ce surplus non récurrent servira à faire face à un potentiel ralentissement économique, à lutter contre les changements climatiques et à réduire la dette», indique-t-il, en soulignant que l’exercice 2020-2021 se terminera avec l’atteinte de l’équilibre budgétaire.

À mi-chemin dans l’exercice financier en cours, les coffres de l’État québécois affichent un surplus d’environ 3,8 milliards $ — une somme qui tient compte d’un versement au Fonds des générations de quelque 1,25 milliard $.

Ceci représente une baisse de 19 millions $ par rapport à l’excédent au terme du premier semestre de l’exercice financier précédent.

Depuis le début de l’année financière, les revenus autonomes — qui ne tiennent pas compte de la contribution des sociétés d’État comme Hydro-Québec, Loto-Québec et la Société des alcools du Québec — ont totalisé 45,4 milliards $, en hausse de 2,1 % comparativement aux six premiers mois de l’année financière 2018-2019.

Les revenus fiscaux ont affiché une progression de 2,8 % ou 973 millions $, à 36 milliards $, notamment grâce à une augmentation des sommes générées par l’impôt sur le revenu des particuliers, les impôts des sociétés et les taxes à la consommation.

Pour leur part, les dépenses consolidées totalisaient 52,3 milliards $ à la fin du premier semestre, en hausse de 3,9 % par rapport à il y a un an.

En ce qui a trait au mois de septembre, l’excédent, après versement au Fonds des générations, était de 1,12 milliard $, une somme sensiblement similaire à la même période l’an dernier.