Olivier Audet a invité les élus à signer un rapport qu’il souhaite déposer à la présidente des élections, Line Chabot, pour suggérer des modifications à la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.

Pour des changements à la loi électorale

L’agent officiel de la conseillère Annie Godbout pendant la campagne électorale propose des changements à la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités et à la politique de la Ville concernant les élections. Olivier Audet a déposé aux élus un rapport qu’il compte acheminer à la présidente des élections, Line Chabot, en espérant que le maire et les conseillers accepteront eux aussi de signer ce document.

« Je souhaite proposer des pistes de solution ou identifier des malaises que nous avons vécus au cours de la dernière campagne et qui, selon nous, méritent des correctifs avant la prochaine campagne », commence M. Audet.

Revoir les dispositions pour les dons à des candidats et permettre aux candidats à la mairie de faire appel à un colistier sont deux des propositions énoncées.

« Nous proposons la possibilité d’un colistier, autant pour les partis municipaux que pour les candidats indépendants, donc de permettre à certains d’aller à la mairie tout en ayant une chance de demeurer au conseil municipal s’ils ne sont pas élus comme maire ou mairesse », fait-il valoir. Pour le moment, écrit-il dans le rapport, la loi permet de faire appel à un colistier dans les villes de 100 000 habitants ou plus, mais uniquement pour les membres d’un parti municipal.

« Puisque nous sommes en 2018, il serait très apprécié de permettre les virements bancaires pour les dons. Parfois, de demander des chèques, je me faisais regarder comme si j’étais d’une autre époque. »

M. Audet parle par ailleurs d’une disparité entre une candidature indépendante et celle d’un parti puisqu’un indépendant ne peut récolter des dons que lors de l’année électorale, alors qu’un parti peut en récolter en tout temps.

Il propose aussi d’encadrer l’utilisation des médias sociaux pour des dépenses électorales, notamment l’utilisation des publications commanditées par des tiers qui bénéficieraient à un candidat.

« Concernant la Loi sur les élections et les référendums municipaux, nous suggérons de permettre la pose des pancartes 12 heures avant le début officiel de la campagne, parce que malheureusement pour la plupart d’entre vous, vous n’étiez pas dans la légalité lorsque vous avez posé vos pancartes. »

Changer cette disposition permettrait aux bénévoles d’installer les pancartes à la lumière du jour plutôt que durant la nuit.

Olivier Audet voudrait aussi qu’on clarifie les activités permises pour les candidats sortants, entre autres en ce qui concerne la présidence de comités pendant la campagne. « Est-ce que ces élus sont encore à la présidence du comité auquel ils ont siégé. »

Enfin, il propose que le vérificateur publie un état des finances de la Ville au 1er juillet « pour éviter les mauvaises surprises et pour permettre à l’ensemble des candidats d’avoir des données exactes pour la campagne électorale ».

M. Audet n’avait reçu aucun appui d’un autre élu vendredi.