Erin O’Toole et Peter MacKay à Toronto, le 17 juin dernier  
Erin O’Toole et Peter MacKay à Toronto, le 17 juin dernier  

Peter Mackay analyse sa défaite face à Erin O’Toole: «Les gentils garçons finissent derniers»

Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Alors qu’il fait le point sur une campagne à la direction conservatrice ratée, dans laquelle il semble avoir mis la charrue devant les boeufs - en essayant de gagner une élection fédérale au lieu de s’assurer, d’abord, d’obtenir le leadership de son parti - Peter MacKay rappelle un vieux cliché: «Les gentils garçons finissent derniers.»

Et bien que Peter Mackay ait peu de regrets, il craint que l’influence toujours croissante des conservateurs sociaux au sein du mouvement ne conduise à plus de déception aux urnes si le nouveau chef Erin O’Toole ne peut pas les contrôler.

Dans une longue entrevue avec La Presse Canadienne, Peter MacKay a déclaré que l’examen de sa défaite était toujours en cours, mais plusieurs facteurs paraissent évidents.

La pause forcée par la pandémie de COVID-19 a ralenti l’élan de Peter MacKay, et la décision des organisateurs du parti de prolonger la date limite de vente des cartes de membres a donné à ses rivaux le temps de se rattraper. Il a également cité la «rouille» causée par une absence de cinq ans de la scène politique et l’immense portée des médias sociaux qui amplifient les erreurs mineures.

Mais il reconnaît également que la prémisse sur laquelle il a mené sa campagne était imparfaite.

«Le plan était rétrospectivement trop axé sur les prochaines étapes et pas assez sur la victoire du leadership du parti», a déclaré Peter MacKay.

Le plan en question: ne pas s’embêter avec des attaques négatives contre d’autres conservateurs ou même les libéraux. Au lieu de cela, présenter une nouvelle vision du pays, ce qui signifie également contourner les problèmes chers à certains des membres les plus puissants du parti: les conservateurs sociaux.

«Lorsque vous ouvrez la porte à une lumière du jour sur ces questions sociales, il devient très très difficile de gagner le pays, de présenter le parti comme moderne, inclusif, comme un parti qui s’engage à se concentrer davantage sur l’économie plutôt que de débattre du passé et je l’avais dit très clairement à mon équipe dès le début «, a-t-il déclaré.

«Il a été exploité au maximum, que cette vision était irrespectueuse, que ce n’était pas inclusif pour les conservateurs sociaux. Ce n’est pas vrai, c’était la même approche que Stephen Harper.»

Peter MacKay croyait que décrocher la victoire exigeait la même chose que ce qui serait nécessaire pour remporter une élection générale.

Son équipe s’est donc concentrée sur la vente de cartes de membres à des libéraux déçus et à d’anciens conservateurs dans des circonscriptions où le parti n’était pas fort auparavant. Dans certaines régions, cela a porté ses fruits: la croissance des membres a été forte dans les provinces de l’Atlantique et dans certains centres urbains.

Mais le parti utilise un système de points pour choisir son chef. Chacune des 338 circonscriptions du pays vaut 100 points. Le nombre de points qu’un candidat obtient est basé sur sa part en pourcentage du vote. Dans les circonscriptions comptant un petit nombre de membres, dont beaucoup sont au Québec, une poignée de députés peut avoir une influence démesurée sur les résultats.

La campagne de Peter MacKay pensait qu’elle gagnerait facilement au Québec. Les projections de son équipe, cependant, ne correspondaient pas à la réalité, a admis Peter Mackay, et il a posé des questions précises à son équipe pour comprendre pourquoi.

Cette équipe était composée d’un mélange de fidèles qui étaient à ses côtés lorsqu’il était député du Parti conservateur, de nouvelles recrues et d’une poignée de responsables de campagne habiles et crédités d’avoir remporté des victoires pour les conservateurs ailleurs dans le pays.

Les tensions au sein de l’équipe ont conduit à des faux pas, a reconnu l’ancien candidat. Il a minimisé ces erreurs, bien qu’elles aient été saisies par ses rivaux, comme celle où, dans un courrier électronique, il a utilisé un terme péjoratif pour un projet de loi sur les droits des transgenres.

Mais il a dit que ce qui avait vraiment bouleversé les choses a été la pandémie de COVID-19.

Peter MacKay, avec son histoire en tant que chef de l’ancien Parti progressiste-conservateur, a toujours été une sorte de célébrité parmi les conservateurs: sa présence à tout événement attire les gens, et sa capacité à rallier une foule vient naturellement. Son équipe avait planifié une tournée nationale qui le mettrait devant de grands groupes qu’il courtiserait avec des discours sur sa vision du pays. Ce n’était pas un plan parfait. Lorsqu’il a décidé de ne pas se présenter à l’assemblée générale annuelle des progressistes-conservateurs de la Nouvelle-Écosse en février, et de nouveau à un événement du PC de l’Ontario plus tard ce mois-là, cela a laissé un goût amer dans la bouche de certains membres du parti. La pandémie a forcé Peter MacKay à rester dans son sous-sol, faisant jusqu’à six rencontres virtuelles par jour avec des partisans locaux hyperengagés. Sa campagne a tout de même réussi à lever 3 millions $ - bien qu’il ait une dette d’environ 1 million $.

Mais...

Parmi les trois autres candidats, deux - Derek Sloan et Leslyn Lewis - venaient de l’aile sociale conservatrice bien organisée, bien financée et très motivée du parti.

Même avant le début de la course, Peter MacKay était plutôt distant avec cette faction, surtout après avoir émis un commentaire selon lequel les valeurs socialement conservatrices de l’ancien chef Andrew Scheer étaient un «albatros puant».

Pendant la course elle-même, il a également été filmé en train de dire aux conservateurs sociaux de mettre leurs préoccupations de côté.

Pendant ce temps, Erin O’Toole, bien qu’il soutienne publiquement les droits des LGBTQ et le droit d’une femme de choisir d’interrompre une grossesse, a fait des présentations directes aux partisans de Derek Sloan et Leslyn Lewis, affirmant qu’il respecterait toujours leurs points de vue.

Le parti utilise un bulletin de vote préférentiel et, à la fin, lorsque Derek Sloan est tombé, la plupart de son soutien est allé à Leslyn Lewis. Quand elle est tombée, la plupart des siens sont allés à Erin O’Toole, ce qui lui a valu la victoire.

Les groupes de conservateurs sociaux n’ont pas perdu de temps à revendiquer la responsabilité de sa victoire, tandis que les opposants des conservateurs n’ont également pas perdu de temps avant de dire qu’un gouvernement d’Erin O’Toole ferait reculer le pays sur certains droits.

Les conservateurs sociaux sont en passe de constituer la majorité de la base du parti, a déclaré Peter MacKay, et la façon dont le parti peut éviter les lignes d’attaque qui ont finalement coulé l’ancien chef Andrew Scheer, s’il peut le faire, repose sur Erin O’Toole.

Peter MacKay croit que les conservateurs n’ont pas beaucoup de temps, avant la prochaine élection, pour définir et nuancer leurs positions sur les enjeux sociaux comme l’inclusivité «d’une manière qui ne fait pas peur aux personnes qui ne sont membres d’aucun parti.»

Peter MacKay affirme ne ressentir aucune amertume en raison de sa défaite, mais son ton et sa voix semblent dire le contraire lorsqu’il raconte comment ses rivaux l’ont dépeint comme une version «allégée» d’un libéral.

«Voyons, libéral sur quoi? Sur la politique étrangère? La défense? La sécurité nationale? Le maintien de l’ordre? Sur des peines minimales obligatoires? « a-t-il demandé.

«D’un point de vue objectif, ce que je ne peux pas être, c’est au-delà de l’insulte.»

«Fourche et torche enflammée»

Il a utilisé un langage similaire pour décrire une affirmation du camp d’Erin O’Toole selon laquelle des employés de Peter MacKay avaient piraté sa base de données et utilisé du matériel à partir de là pour divulguer des vidéos. La désinformation qui a circulé au sujet de l’épouse de Peter MacKay a également été blessante, a-t-il déclaré. Les campagnes modernes reposent trop sur la peur et la colère, les candidats se présentant trop souvent comme des défenseurs tenant «une fourche et une torche enflammée», a déclaré Peter MacKay. Cela fait que certaines personnes se désengagent complètement de la politique, a-t-il déclaré. C’est en partie pourquoi, a-t-il déclaré, il a cherché à se présenter d’une façon positive.

«Mais qu’est-ce que ça dit sur les gentils?», a demandé Peter Mackay.

Ils finissent derniers.

Le politicien et sa famille sont retournés en Nouvelle-Écosse, où il avait l’intention d’aller se présenter pour un siège à la tête du parti. De toute façon, il n’exclut pas une nouvelle course, a-t-il dit, et il a déjà rencontré l’association de circonscription de Central Nova.

Peter MacKay a déclaré qu’il avait fait une bonne course et qu’il est à l’aise avec la situation.

«Être qualifié de gentil n’est pas une mauvaise chose.»