Le maire Steve Lussier refuse pour le moment de chiffrer le manque à gagner lié à la COVID-19 à la Ville de Sherbrooke.
Le maire Steve Lussier refuse pour le moment de chiffrer le manque à gagner lié à la COVID-19 à la Ville de Sherbrooke.

Pas encore de mise à jour budgétaire à Sherbrooke

SHERBROOKE — Combien la Ville de Sherbrooke perd-elle en revenus chaque jour, chaque semaine, en raison de la pandémie de COVID-19? Le maire Steve Lussier dit suivre la situation de près, mais refuse de divulguer des chiffres. Il rapporte néanmoins ne pas envisager une hausse de taxes d’urgence pour le moment.

Selon M. Lussier, les élus ont discuté de la situation budgétaire à huis clos en début de semaine. « Nous prendrons des mesures exceptionnelles en raison de cette situation exceptionnelle. Il faut rectifier le tir. C’est pour ça que nous nous adressons à nos députés. Ce n’est pas vrai qu’on refilera toute cette facture aux citoyens. Le Service des finances amène des solutions. Nous avons des scénarios A, B et C. »

Quels sont ces scénarios? « On va se laisser le temps de parler aux députés et aux ministres. La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, nous a indiqué qu’il y aurait peut-être un fonds municipal COVID-19 pour ceux qui en auraient besoin. Dans une crise, il faut regarder tous les scénarios, mais je n’envisage pas une hausse de taxes en cours d’année. »

À Gatineau, il y a une dizaine de jours, le maire Maxime Pedneaud-Jobin a laissé entendre que le manque à gagner en fin d’année pourrait être d’une douzaine de millions de dollars. Ce montant n’a toutefois pu être accompagné d’aucun document. À Sherbrooke, sans donner de chiffres, Steve Lussier indique que le manque à gagner serait semblable, proportionnellement. Pour les budgets d’exploitation et d’immobilisation, la Ville de Sherbrooke comptait dépenser 422 M$ en 2020, contre 651 M$ pour Gatineau. 

« Je ne donnerai pas le chiffre. Je vais finir par le dire, mais ce ne sera pas maintenant », a affirmé Steve Lussier. 

Écocentre

Le maire a aussi rappelé que les écocentres ouvriront au plus tard le 4 mai, sans être capable de donner plus de précisions. « Nous avons interpellé les services pour agir le plus rapidement possible. Les écocentres reçoivent en moyenne jusqu’à 800 personnes par jour. Il y a urgence d’agir parce que nous acheminons beaucoup plus de matières à l’enfouissement en ce moment. Pour le mois de mars, ce sont 15 camions de 53 pieds de plus, ce qui représente 125 000 $. »

M. Lussier n’était pas en mesure de préciser s’il s’agissait de dépenses supplémentaires ou d’un manque à gagner lié aux compensations pour les matières détournées de l’enfouissement.

Au Service des communications de la Ville de Sherbrooke, on précise qu’il s’agit d’une dépense supplémentaire tout en mentionnant que les quelques 400 tonnes de matières supplémentaires envoyées à l’enfouissement en mars sont de source inconnue. Il n’est donc pas possible de déterminer si la fermeture des écocentres en est la cause. On soupçonne que le balayage des cours et des terrains, généralement effectué en avril, pourrait avoir été effectué plus tôt cette année. On évaluera donc en fin d’année le réel impact de la pandémie sur les matières envoyées à l’enfouissement. 

Déménagements

Dans un communiqué, la Ville a par ailleurs mentionné que les entreprises de déménagement font partie de la liste des services prioritaires et que les déménagements sont permis en période de pandémie. « Lors de déménagements sans services professionnels, avec l’aide de parents ou de proches, la règle de distanciation physique de deux mètres continue de s’appliquer. Notez qu’il est interdit d’organiser un rassemblement, pour un repas par exemple, pendant ou après le déménagement. »

Enfin, le maire Steve Lussier a affirmé que les nouvelles lignes d’information mises à la disposition des citoyens à la Ville de Sherbrooke ont reçu 915 appels depuis le 6 avril. Des téléphonistes répondent aux questions des citoyens qui téléphonent au 819 823-8000 entre 8 h et 20 h en semaine et entre 9 h et 16 h la fin de semaine.