Selon les informations obtenues, la somme octroyée par le gouvernement à la station Owl’s Head pourrait être supérieure à 20 millions $.

Owl’s Head recevra 20 M$... ou plus

Les efforts déployés par Gilles Bélanger afin de dénicher du financement public pour rajeunir les installations de la station Owl’s Head ont porté fruit. Le gouvernement du Québec devrait en effet annoncer vendredi qu’il octroie plusieurs millions de dollars au centre de ski, situé à Potton.

Dans une invitation transmise aux médias par Tourisme Cantons-de-l’Est, il est question d’un octroi gouvernemental de 20 millions $. Mais, selon les informations obtenues, la somme accordée à la station Owl’s Head pourrait être supérieure à ce chiffre.

Contacté par La Tribune, le député d’Orford, Pierre Reid, s’est fait avare de commentaires mercredi. Il a néanmoins reconnu qu’une somme d’argent substantielle sera offerte à Destination Owl’s Head, tout en affirmant que « le chiffre qui circule n’est pas exact ». 

Rappelons que la famille Korman a vendu la station Owl’s Head à un groupe d’investisseurs que pilotait l’homme d’affaires Gilles Bélanger en avril 2018. M. Bélanger a cependant quitté le poste de président-directeur général de Destination Owl’s Head dans les semaines ayant suivi la transaction.

Plus tôt cette année, La Tribune avait révélé que les nouveaux propriétaires d’Owl’s Head avaient acheminé une demande d’aide financière au gouvernement du Québec et espéraient obtenir un montant de 20 millions $ de sa part. Le gouvernement a un peu tergiversé après avoir reçu cette demande hors normes, mais aurait finalement accepté d’appuyer la vision du groupe d’investisseurs.

Le printemps dernier, le député Reid avait fait part de son enthousiasme à l’égard du projet de relance concocté par les nouveaux propriétaires. Il avait soutenu que celui-ci était « d’envergure internationale ».

Les nouveaux propriétaires de la station Owl’s Head ont notamment indiqué, ces derniers mois, qu’ils avaient l’intention de rajeunir les installations du centre de ski et de construire jusqu’à trois hôtels à la montagne. Les investissements qui seront effectués sur place, pendant les prochaines années, dépasseront potentiellement les 200 millions $.


« « Si on veut attirer des skieurs des États-Unis, de l’Ontario ou même de Montréal, il faut investir dans nos stations de ski. » »
Jacques Demers, préfet de la MRC de Memphrémagog.

Demers applaudit

Joint par téléphone en fin de journée mercredi, le préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers, a salué la décision du gouvernement provincial de supporter financièrement la relance du centre de ski.

« C’est une très, très bonne nouvelle, surtout que ça se passe dans notre région, a-t-il lancé. Si on veut attirer des skieurs des États-Unis, de l’Ontario ou même de Montréal, il faut investir dans nos stations de ski. J’avais d’ailleurs parlé de cette question avec Gilles Bélanger. »

M. Demers reconnaît que les centres de ski ont relativement peu investi dans leurs infrastructures au cours des dernières décennies. Mais il sent que le vent tourne enfin. « On voit plus d’investissements et certains assez importants », note-t-il.

Au cours des derniers mois, les quatre principales stations de la région des Cantons-de-l’Est — les autres étant Ski Bromont, Mont Orford et Mont Sutton — ont toutes annoncé des investissements dignes de mention.

Déjà des effets

Maire de Potton, Jacques Marcoux est évidemment heureux de savoir que Québec accordera une somme de 20 M$ ou plus à Destination Owl’s Head. « C’est une très bonne chose, reconnaît-il d’emblée. Les investissements attendus à Owl’s Head ont déjà des répercussions positives dans notre milieu et le projet est encore tout jeune. J’ai l’impression qu’on fera un bond au plan économique. »

M. Marcoux ajoute dans la foulée qu’il sent un désir de collaboration important chez les nouveaux propriétaires, ce qui lui plaît évidemment. « Entre autres, il ne faudrait pas dévitaliser notre village avec un second pôle commercial à la montagne. Et, pour le moment, j’ai une oreille attentive de la part des dirigeants du centre de ski à ce sujet », explique-t-il.

Le Canton de Potton devra sans doute procéder à des modifications réglementaires pour permettre la concrétisation de la vision des nouveaux acquéreurs. Ses élus seraient ouverts à cela, mais le maire note qu’un « développement harmonieux est espéré ».