Ottawa reporterait à 2026 la première livraison des CF-18

Plusieurs sources au sein de l'industrie aéronautique soutiennent que le gouvernement Trudeau s'apprête à annoncer un report dans la livraison des nouveaux chasseurs à réaction qui doivent remplacer les vieux CF-18 canadiens.

Le gouvernement libéral espérait l'an dernier recevoir de nouveaux appareils dans environ cinq ans, et donc commencer à retirer, vers 2021, des CF-18 vieux de 30 ans. Mais plusieurs sources ont confié à La Presse canadienne qu'au ministère de la Défense, on ne s'attend plus maintenant à accueillir un nouvel appareil avant au moins huit ans - vers 2026.
Ces sources, qui préfèrent conserver l'anonymat, n'ont pas voulu spéculer sur les motifs qui expliqueraient ce nouveau délai. Mais la décision pourrait avoir un impact budgétaire majeur si le gouvernement devait débourser encore davantage que les centaines de millions déjà annoncés pour maintenir en bon état la flotte de CF-18 jusqu'à l'arrivée des nouveaux appareils.
Certains observateurs se demandent par ailleurs si le gouvernement libéral, qui avait promis un appel d'offres avant le scrutin de 2019, ne souhaiterait pas plutôt reporter tout le processus après les élections.
En attendant, le gouvernement de Justin Trudeau voulait acheter 18 chasseurs Super Hornet de Boeing, au coût de 6 milliards $, pour appuyer temporairement l'armée de l'air. Mais depuis la guerre commerciale déclenchée par Boeing contre Bombardier, les libéraux songent plutôt à acheter des appareils australiens d'occasion.
Ces appareils, qui sont aussi âgés que les CF-18, devront toutefois eux aussi être remis à niveau. Les libéraux se demandent maintenant comment présenter cette idée aux Canadiens, après l'achat de quatre sous-marins britanniques d'occasion, dans les années 1990. L'un de ces submersibles avait pris feu au milieu de l'Atlantique, et un officier de marine avait perdu la vie.
Le gouvernement canadien a aussi englouti des milliards de dollars pour réparer et rénover ces sous-marins, qui ont passé plus de temps en rade qu'en haute mer.