Le projet d'un nouvel aréna à Magog pourrait voir le jour près de l'école La Ruche.

Nouvel aréna à Magog: 12,5 M$ réclamés aux gouvernements

Farouche défenseur du projet de nouvel aréna à Magog, Jean-Guy Gingras reconnaît que sans une contribution d’importance des gouvernements provincial et fédéral les deux patinoires intérieures espérées par la communauté magogoise ne pourront être construites à l’école de la Ruche comme prévu.

M. Gingras souhaite que les gouvernements provincial et fédéral octroient ensemble au moins 12,5 millions $ à l’organisme à but non lucratif (OBNL) chargé de mener à bien le projet et dont il est le président. Cette somme représente la moitié du budget qu’il serait nécessaire d’amasser pour ériger le «complexe à deux glaces» désiré.

La demande dans le but d’obtenir une subvention de la part du gouvernement provincial a déjà été déposée. Quant à celle destinée au fédéral, elle sera acheminée aux autorités décisionnelles cours des prochains mois.

Jean-Guy Gingras est raisonnablement confiant que les deux demandes seront acceptées, mais il est déjà persuadé que le dossier monté est solide. «L’approche et la structure financière reposent sur un partenariat entre deux institutions qui jouissent d’une notoriété exemplaire», affirme-t-il. Bien qu’elle ne se soit pas engagée à injecter une forte somme dans le projet, la Ville de Magog figure parmi les principaux partenaires de l’OBNL récemment créé. Elle dépensera près de 850 000 $ afin de lui acheter des centaines d’heures de glace tous les ans.

Jean-Guy Gingras

La Commission scolaire des Sommets (CSS) supporte également le projet d’aréna à deux patinoires à l’école de la Ruche. La CSS devrait notamment fournir les terrains qui accueilleront le complexe.

Le nouvel OBNL a aussi l’intention de solliciter des entreprises privées. «On a seulement budgété un montant de 75 000 $ en commandites. C’est relativement peu lorsqu’on y pense. On serait capable de ramasser davantage auprès de cette clientèle», explique M. Gingras.

Advenant un manque de fonds, l’organisme présidé par Jean-Guy Gingras serait également en mesure de retirer certains éléments de son projet, cela afin d’en réduire les coûts.

Notons que Claude Marcoux, ancien directeur général des Villes de Sherbrooke et Magog, a accepté la vice-présidence bénévole de l’OBNL. Son expérience en matière d’infrastructures de loisir sera mise à profit par l’organisme.

«Claude Marcoux a été impliqué dans le dossier du complexe Thibault à Sherbrooke, qui est le modèle qu’on veut suivre. C’est un bel atout pour notre groupe. Personnellement, je n’aurais pas voulu aller plus loin dans ce dossier s’il n’avait pas accepté de se joindre à nous.»

La directrice générale de la CSS, Édith Pelletier, les conseillers municipaux Samuel Côté et Jacques Laurendeau ainsi que le président du Centre sportif régional Memphrémagog, Denis Blouin, siègent par surcroît au conseil d’administration.