Noémie Rouillard

Noémie Rouillard «honorée de l'appui» de Cardin

« Je suis honorée de recevoir l’appui de Serge Cardin. J’accepte avec humilité ces bons mots à mon égard. »

La candidate à l’investiture du Bloc québécois dans la circonscription de Sherbrooke Noémie Rouillard a reçu l’appui de celui en a été le député de 1998 à 2011 sur la scène fédérale.

À LIRE AUSSI: Cardin se retire de la course

L’avocate de 42 ans, originaire de Sherbrooke, fera la lutte à l’ancienne députée de Compton-Stanstead, France Bonsant, et au militant souverainiste de longue date Claude Forgues lors de l’assemblée d’investiture du 5 septembre prochain. Serge Cardin s’est retiré de la course.

« Le Bloc québécois est un parti démocratique qui favorise le débat. Il écoute les idées et propositions de ses membres. J’ai une bonne candidature à proposer. L’important dans cette course à l’investiture demeure de rallier le plus de Sherbrookois et Sherbrookoises possible en vue de l’élection du 21 octobre prochain. Je crois être celle qui pourra rassembler le plus de personnes, mais je veux travailler en équipe sur le terrain », signale Noémie Rouillard.

Pour France Bonsant, cette lutte à trois qui s’amorce pour l’investiture bloquiste est la preuve de la santé démocratique de la formation.

« Contrairement à d’autres partis où les candidats sont désignés en tassant certaines personnes, le Bloc québécois laisse à ses membres la possibilité de voter pour le meilleur candidat pour défendre ses idées », signale France Bonsant.

Si au printemps dernier elle n’avait pas l’intention de briguer à nouveau l’investiture bloquiste, des discussions avec des militants et sa famille l’ont convaincue de se lancer.

« J’ai effectué mon mandat de présidente dans Compton-Stanstead avec la nomination de David Benoit comme candidat. Ce sera maintenant aux membres de Sherbrooke de déterminer qui va les représenter. Je me tourne maintenant vers les dossiers de Sherbrooke afin d’être la meilleure candidate possible pour le Bloc québécois », assure France Bonsant.

Pas question pour Claude Forgues de laisser sa place. Lui aussi croit fermement que c’est aux membres du Bloc québécois de déterminer qui sera le candidat de la formation souverainiste le 21 octobre.

« Je vais aller jusqu’au bout. Je milite depuis près de 40 ans pour le mouvement souverainiste. J’ai recueilli plus de 100 signatures alors qu’il en fallait 25. Je vais travailler sur le terrain pour les convaincre que je suis le meilleur choix. Les trois candidatures à l’investiture prouvent que la cause de la souveraineté est toujours vivante et que les gens ont besoin d’un parti qui parle au nom du Québec à Ottawa », affirme Claude Forgues.