Pour renforcer la presse écrite régionale et nationale, Catherine Dorion est d’avis que le gouvernement du Québec devrait se tenir debout devant les géants du Web (GAFA), tout comme l’ont fait la France et la Nouvelle-Zélande.

Médias: Catherine Dorion évoque de nouveaux modèles de financement

La députée de Québec solidaire Catherine Dorion croit que le «grand bouleversement» que vit Groupe Capitales Médias (GCM) est «l’occasion de revoir comment les médias sont financés».

En point de presse lundi, la députée de Taschereau a soutenu que les difficultés de GCM s’inscrivent dans un contexte global. «Ça fait partie, il faut le savoir, d’une forme d’hécatombe qui va continuer de se produire avec les médias, nos médias nationaux de tous types.» 

Pour renforcer la presse écrite régionale et nationale, Mme Dorion est d’avis que le gouvernement du Québec devrait se tenir debout devant les géants du Web (GAFA), tout comme l’ont fait la France et la Nouvelle-Zélande. Les GAFA «sont arrivées chez nous, font de l’argent chez nous, et nous, on ne les impose pas, on ne les taxe pas à la valeur dont on devrait les taxer». 

La députée évoque la création de nouveaux modèles, comme des coopératives de travailleurs, qui pourraient prendre en mains des médias d’information. «La concentration de la presse puis les gros conglomérats de presse, ce n’est pas nécessairement ça qui a le mieux servi la qualité de l’information au Québec comme ailleurs dans les dernières décennies», juge-t-elle. 

Ainsi, la députée de Québec ne verrait pas d’un bon oeil que Québecor se porte acquéreur de GCM. L’entreprise, qui s’est montrée intéressée à le faire, deviendrait ainsi propriétaire des deux quotidiens de Québec : Le Soleil et Le Journal de Québec. «Ce n’est vraiment pas souhaitable qu’ils aient le même propriétaire.»

«Nous sommes de tout coeur avec les employés partout en régions, dans les salles de nouvelles, qui vivent des moments d’inquiétude. Nous croyons en leur talent et leur passion, il est impératif de leur venir en aide», a commenté sur Twitter la députée libérale Isabelle Melançon.

Le chef du Parti québécois Pascal Bérubé a quant à lui eu «une pensée pour les artisans du journal Le Soleil», dont la présence dans l’est du Québec est importante. «La pluralité des sources d’informations est essentielle à notre démocratie», a-t-il écrit sur Twitter.