Lise Payette et René Lévesque

«Lise Payette debout dans la victoire comme dans la défaite»

Le soir du référendum de 1980, Lise Payette se tenait aux côtés de René Lévesque, lors de son discours après la défaite du clan du Oui.

Étienne-Alexis Boucher, président du Mouvement national des Québécois (MNQ),  garde plusieurs «images fortes» rappelant la mémoire de Mme Payette, comme celle du 20 mai 1980.

Lire aussi: Lise Payette, une grande pionnière, rend l'âme

«On dit souvent que la victoire a plusieurs pères, mais que la défaite est orpheline. Mais Lise Payette était debout à côté de M. Lévesque sur la scène, se souvient-il. Elle n’a pas hésité à s’y présenter.»

«C’était l’une des forces de cette femme. Elle se tenait debout dans la victoire comme dans la défaite.»

Lise Payette est décédée mercredi à l'âge de 87 ans. Il s’est fait connaître comme journaliste, animatrice à la radio et à la télévision et auteure de téléromans à succès, mais aussi comme femme d’État, souligne M. Boucher, qu’on a connu dans la région comme député péquiste.

Étienne-Alexis Boucher

«Le MNQ salue avec tristesse le décès de cette grande dame, un monument dans l’histoire du Québec. Plusieurs fois nommée ministre, notamment comme la toute première ministre de la Condition féminine, Lise Payette a eu une influence majeure dans la vie des femmes du Québec pour sa contribution à faire avancer les droits de celles-ci. »

«Le MNQ lui a d’ailleurs remis la médaille René-Lévesque en 2000 pour lui rendre hommage. Elle aura marqué le Québec par de nombreuses réalisations, entre autres, la création de la SAAQ et le célèbre spectacle de la Fête nationale du Québec sur le mont Royal en 1975. Elle a par la suite signé de nombreuses séries de télé comme auteure, séries qui ont marqué de belle façon les Québécoises et Québécois. C’est avec émotion que nous la saluons et souhaitons nos plus sincères condoléances à ses proches. Nous nous souviendrons de vous, Mme Payette.»

Étienne-Alexis Boucher ajoute qu’elle a inspiré plusieurs femmes à se lancer dans l’arène politique, pas seulement des militantes souverainistes, comme les libérales Lise Bacon et Liza Frulla.