Mary Dawson

L'ex-commissaire à l'éthique Mary Dawson conseille un changement à la loi

OTTAWA - Celle qui a jugé que Justin Trudeau et l'Aga Khan n'étaient pas des amis quoi qu'en dise le premier ministre estime que la Loi sur les conflits d'intérêts devrait, de toute manière, ne pas offrir d'exception pour les cadeaux d'amis.

Mary Dawson témoignait, mercredi, devant le comité parlementaire sur l'éthique qui étudie le rapport qu'elle a signé en décembre sur les vacances de M. Trudeau chez l'Aga Khan. Mardi, les députés libéraux, majoritaires au comité, ont bloqué la tentative de l'opposition de convoquer M. Trudeau lui-même devant eux pour commenter le rapport de Mme Dawson.

Lire aussi: Trudeau ne veut pas s'engager à témoigner devant le comité de l'éthique

Les parlementaires se sont donc tournés vers celle qui a quitté son poste de commissaire lundi.
En réponse à leurs questions, Mme Dawson a admis qu'il n'y avait pas de critères objectifs pour définir l'amitié. Elle estime, cependant, que la loi devrait se contenter d'interdire les cadeaux donnés dans le but d'influencer un élu, sans offrir une exception pour les cadeaux d'amis. Un cadeau d'un véritable ami ne serait jamais donné dans ce but, a-t-elle fait remarquer.
Fin décembre, Mme Dawson a publié un rapport - le plus long de sa carrière de commissaire - où elle conclut que M. Trudeau a contrevenu à quatre articles de la loi en passant ses vacances sur l'île privée de l'Aga Khan.
Ces infractions ne sont accompagnées d'aucune sanction. Devant le comité, mercredi, Mme Dawson a déclaré que la publicité faite à ce genre d'affaires et l'impact sur les chances de réélection d'un élu suffisent comme sanctions.