Richard Vachon est le resposable des communications de Sherbrooke Citoyen.

Les partis municipaux manquent-ils de membres?

Sherbrooke Citoyen effectue un blitz de recrutement. Un message diffusé par le responsable des communications, Richard Vachon, laissait croire dans les derniers jours que le parti municipal éprouvait des difficultés à atteindre le nombre minimum fixé par le Directeur général des élections (DGEQ), soit 100 membres. M. Vachon assure que ce n’est pas le cas.

« On est en campagne de recrutement de membres pour être en règle avec le bureau du Directeur des élections d’ici le 1er avril », écrivait-il.

Richard Vachon, qui a défendu les couleurs de Sherbrooke Citoyen dans le district de Desranleau aux élections de novembre, apporte des nuances. « Le statut de membre est renouvelable chaque année, ce qui explique que nous soyons en recrutement ou en renouvellement d’adhésions. Nous avons plus de 100 membres. Il n’y a pas de souci. »

Au lendemain de l’élection du 5 novembre, Sherbrooke Citoyen comptait 114 membres.

« Selon la procédure du DGEQ, les membres recevront une lettre qu’ils devront renvoyer pour confirmer leur statut. Pour éviter tout problème dans la mécanique, nous visons environ 150 membres. »

Sherbrooke Citoyen s’assure du même coup d’être en règle en tenant compte des membres de l’extérieur de la ville, qui ne sont pas admissibles à voter et qui ne peuvent être intégrés dans le décompte officiel.

Renouveau sherbrookois
Au Renouveau sherbrookois, le chef Vincent Boutin estime le nombre de ses membres à environ 300. « Depuis les élections, personne n’a manifesté son intention de quitter le parti ou de déchirer sa carte de membre. Ça fait partie de notre plan de revalider l’intérêt de ces membres et d’aller en chercher de nouveaux dans les prochains mois », dit-il.

« Avec les résultats de l’élection, des gens qui se trouvaient plus en recul voient l’occasion de prendre le bâton. Nous irons voir les gens et nous leur expliquerons nos positions. Nous les convaincrons aussi dans la façon dont on défend les dossiers. Notre programme politique est encore d’actualité. »

Vincent Boutin se dit très heureux de voir que les anciens élus ont choisi de rester au sein du parti. « Nous serions fous de nous priver de leur expérience. Je sens un changement de garde, mais en même temps, le programme, c’est nos valeurs. Le résultat de l’élection nous a amenés à nous poser des questions, mais nos orientations sont toujours d’actualité. »

L’assemblée générale du Renouveau sherbrookois doit se tenir en mai ou en juin.

Le nom officiel du parti est par ailleurs passé d’Équipe Bernard Sévigny-Renouveau sherbrookois à Renouveau sherbrookois le 22 février dernier. Le site internet du parti politique a été épuré de son contenu et renvoie à une page fixe qui fait état d’une actualisation en cours.