Dimanche, durant le congrès d'Option nationale, une cinquantaine de dissidents ont quitté avec un certain fracas pour critiquer le regroupement des deux formations souverainistes.

Les opposants à la fusion QS-ON s'organisent

Les opposants à la fusion entre Québec solidaire et Option nationale poursuivent leur campagne. L’exécutif oniste de la circonscription de Montmorency démissionne et appelle à voter pour le candidat péquiste.

Les cinq militants locaux n’ont toujours pas digéré le vote des membres du parti qui ont entériné la fusion à 90,7%. Dimanche, durant le congrès décisif, le quintette faisait partie de la cinquantaine de dissidents ayant quitté avec un certain fracas pour critiquer le regroupement des deux formations souverainistes.

Aujourd’hui, ils claquent définitivement la porte, explique leur porte-étendard, Pierre-Alain Hoh. Et demandent aux sécessionnistes de supporter le candidat indépendantiste qui a le plus de chance de l’emporter dans leur circonscription, qu’il soit péquiste ou solidaire. Aussi, dans Montmorency, ils jugent que QS ne fait pas le poids.

Partisan de la convergence des formations souverainistes, M. Hoh espère que le ralliement des électeurs derrière un seul candidat permettra d’en porter plusieurs à l’Assemblée nationale. Et qu’une fois élus, ils n’auront plus le choix de se parler pour gouverner. «On a toujours cru que c’était la voie à prendre. On voulait collaborer avec tout le monde.»

Le printemps dernier, les membres de Québec solidaire avaient voté contre la convergence avec le Parti québécois.