Pour l’ancienne vedette du Canadien de Montréal Guy Lafleur, accorder le salaire minimum aux joueurs de la LHJMQ est un non-sens qui pourrait détruire la ligue.

Les joueurs de la LHJMQ exploités selon Québec Solidaire

Shawinigan — Selon la candidate de Québec solidaire dans Sherbrooke, Christine Labrie, les joueurs de la LHJMQ sont exploités et méritent d’être protégés par la loi sur les normes du travail.

Le député de Gouin et porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a effectué une sortie publique jeudi en demandant à la ministre du Travail, Dominique Vien, le retrait de l’article 1 du projet de loi 176 excluant les jeunes athlètes qui fréquentent l’école de l’application des normes du travail.

« Ce que nous demandons d’abord, c’est le retrait de cet article proposé par le gouvernement à la demande des lobbyistes. Par la suite, il faudra trouver une solution afin que les différentes organisations demeurent en santé. Nous ne demandons pas nécessairement le salaire minimum pour tous les joueurs, mais bien de meilleures conditions. Est-ce que la solution se trouve dans un meilleur partage des revenus afin que les joueurs reçoivent leur juste part? Peut-être », a soutenu Mme Labrie.

Cette dernière affirme que les 60 $ par semaine offerts aux joueurs sont ridicules et que les jeunes athlètes génèrent des revenus et devraient donc être considérés comme des professionnels.
« Le but de la LHJMQ est d’offrir un spectacle et les athlètes en sont les principaux acteurs. Ce sont eux qui attirent les foules. Il ne faut pas oublier qu’ils sont étudiants et ils s’entraînent et voyagent beaucoup. Je sais qu’ils reçoivent de bonnes bourses d’études (jusqu’à 25 000 $) et de nombreux services gratuits, mais ce ne sont pas tous les joueurs qui profitent pleinement de cet avantage en allant à l’université », explique Christine Labrie.

Le Démond blond s’en mêle

Depuis quelques jours, c’est en effet la Commission des normes du travail qui retient l’attention dans le monde du hockey junior. Des groupes tentent ainsi d’obtenir une rémunération pour les joueurs de la Ligue canadienne junior. Un non-sens pour Guy Lafleur.

« C’est ridicule. Ça va détruire la ligue. Si tu commences à donner le salaire minimum aux joueurs, tu vas aussi payer tes joueurs vedettes de la même manière? Ça ne marchera pas. Les joueurs vont aller jouer ailleurs. Si les joueurs devaient payer leur pension, leur transport et leurs études, leur salaire ne couvrirait pas les frais. Ce n’est pas la LNH ici... » Avec Le Droit

Afin de célébrer le 50e anniversaire de la LHJMQ, le commissaire Gilles Courteau et les Cataractes de Shawinigan ont fait les choses en grand jeudi soir à l’Espace Shawinigan lors du Coquetel du commissaire. Parmi les invités présents : Guy Lafleur, Patrick Roy, Samuel Girard, Marc-Édouard Vlasic et bien d’autres joueurs professionnels et anciens membres de la LHJMQ. Trois prix ont d’ailleurs été remis durant cette soirée. Le trophée John-Horman offert au directeur administratif de l’année a été décerné à Éric Boucher de l’Océanic de Rimouski. Johanne Leblanc des Saguenéens de Chicoutimi remporte le trophée Denis Arsenault pour la conseillère pédagogique par excellence de la LHJMQ et le trophée Jean-Sawyer pour le meilleur département marketing a été attribué aux Mooseheads d’Halifax. La LHJMQ et le commissaire Gilles Courteau (à droite) ont été reçus par le maire de Shawinigan, Michel Angers (à gauche).