Selon plusieurs environnementalistes, ne pas confier l’Environnement à Steven Guilbeault est un message politique visant à rassurer l’ouest du Canada et les pétrolières du pays.

Les environnementalistes en colère de ne pas voir Steven Guilbeault à l'Environnement [VIDÉO]

OTTAWA — Coulée lundi soir, la nouvelle que Steven Guilbeault ne sera pas nommé ministre de l’Environnement par Justin Trudeau, mercredi, a été accueillie comme «une gifle» par plusieurs environnementalistes.

«C’est évident que c’est très très dur à accepter pour beaucoup de gens dans le mouvement», a rapporté Karel Mayrand de la Fondation David Suzuki.

Le choix de se priver de l’expertise de M. Guilbeault a pour but, de l’avis de M. Mayrand, d’«apaiser l’ouest du pays».

«Déjà, ce gouvernement-là l’a fait en achetant un pipeline. Et maintenant, on va cacher Steven Guilbeault à Patrimoine. [...] Si on n’est même pas capable de nommer un écologiste au ministère de l’Environnement, je me demande [...] quel courage ce gouvernement-là va avoir quand ça va être le temps de prendre des décisions difficiles pour les changements climatiques», a-t-il argué au cours d’une entrevue téléphonique.

Selon M. Mayrand, ce n’est même pas un «bon calcul» politique. «On a vu le traitement qui a été réservé à Catherine McKenna. Je ne vois pas en quoi ça aurait été pire avec Steven Guilbeault», a-t-il fait valoir.

Il croit que l’ouest du pays va, de toute manière, «continuer à s’opposer en bloc à la lutte aux changements climatiques».

Expérience mise de côté

Chez Greenpeace, on est tout aussi déçu.

«Le gouvernement s’est peinturé en vert avec Steven Guilbeault et là, malheureusement, il l’envoie dans une position où il ne pourra pas mettre à profit toute son expérience», a regretté Patrick Bonin, au bout du fil.

«La confiance était déjà très mince envers le gouvernement, a-t-il noté. Le fait qu’il envoie Steven Guilbeault dans les estrades nous laisse malheureusement croire qu’il risque de favoriser l’expansion de la production de pétrole des sables bitumineux et les pipelines.»

M. Bonin veut encore espérer que M. Guilbeault pourrait, mercredi, se faire offrir un mandat spécial pour mettre à profit son expertise.

Réactions politiques

À la porte de sa cérémonie d’assermentation, le seul élu néo-démocrate du Québec a été tranchant.

«Je pense qu’il y a beaucoup de gens du plateau Mont-Royal, de Laurier-Sainte-Marie qui vont être amèrement déçus parce que ce n’est pas exactement ça qu’on leur avait vendu. Donc, c’est un peu de la fausse représentation de la part du Parti libéral», a dit Alexandre Boulerice.

Le chef adjoint du Parti vert, Daniel Green, s’est montré tout aussi critique.

«On envoie un message clair aux pollueurs du pays : relaxez! Guilbeault n’est pas aux commandes», a-t-il lancé en entrevue téléphonique.

«Ça envoie un message clair aux pétrolières : relaxez! notre élu anti-pipeline ne va pas s’occuper de l’énergie ni de l’environnement», a-t-il renchéri.

M. Green a également tenu à partager son énorme étonnement pour le choix du portefeuille qui serait bientôt confié à M. Guilbeault.

«Je connais Steven depuis 30 ans et il ne m’a jamais fait part de ses intérêts dans la culture, la musique, le théâtre», a noté celui qui a partagé le militantisme écologiste de M. Guilbeault avant de se joindre, lui aussi, à un parti politique.

Critiques colorées

Sur les médias sociaux, on a multiplié les commentaires ironiques, d’un mème de Greta Thunberg qui répète «how dare you?!» en boucle, aux nombreux reproches faits avec ou sans humour. «Ne pas mettre Steven Guilbeault à l’environnement, c’est comme faire jouer Carey Price à l’aile droite», s’est plaint, par exemple, un abonné de Twitter.

C’est d’ailleurs sur Twitter que M. Mayrand a, d’abord, réagi, lundi soir. Lui aussi a utilisé la métaphore sportive. «Quelle déception pour un gouvernement qui dit prioriser l’urgence climatique. Nous sommes en tirs de barrage. Le meilleur marqueur reste sur le banc», a-t-il écrit.

Patrick Bonin aussi avait une figure de style dans les mêmes tons à offrir.

«[M. Trudeau] vient d’échouer son véritable premier test en environnement dès le début du nouveau mandat. Ça n’a aucun sens d’envoyer leur meilleur gardien dans les estrades alors que les pétrolières s’en donnent à cœur joie en ce moment sur la glace», a-t-il illustré.