Le ministre des Transports et ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel

Les 100 premiers jours selon Bonnardel : la CAQ a donné le ton

SHERBROOKE — François Bonnardel croit que la Coalition avenir Québec (CAQ) a réussi à donner le ton lors des cent premiers jours du mandat qui lui a été confié par les Québécois le 1er octobre 2018.

Le député de Granby, ministre des Transports du Québec et ministre responsable de la région de l’Estrie rappelle que les intentions de la CAQ de hausser l’âge pour la consommation du cannabis à 21 ans, de nommer aux deux tiers de l’Assemblée nationale les dirigeants de la SQ, de l’UPAC et du DPCP et de baisser de la taxe scolaire ont été mis de l’avant.

« Cette baisse de taxes scolaires est importante en Estrie. Ça représente environ 200 $ qui vont retourner dans les poches des propriétaires », indique M. Bonnardel.

Il rappelle aussi l’annonce de l’aide aux familles lors de la mise à jour économique, qui correspond à 500 $ pour les familles de deux enfants et 1000 $ pour celles de trois enfants, et des 200 $ qui sont remis aux proches aidants.

« Ma collègue Marguerite Blais va mettre en place une politique nationale sur les proches aidants », signale M. Bonnardel. « Il y avait une fatigue après 15 années de gouvernement libéral et même 50 ans de dualité politique. Les gens voulaient un changement important. C’était historique qu’une nouvelle formation mette fin aux deux grands partis qui ont géré le Québec. La pression est forte, mais on sait où on s’en va. Nous avons un plan de match précis. Nous avons mis de l’avant rapidement une partie de nos promesses. »

François Bonnardel rappelle que son gouvernement a reconnu au Parti québécois et à Québec solidaire le statut de groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

« C’était important pour les gens », estime M. Bonnardel.

Liaison ferroviaire

Comme ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel entend finaliser les études de viabilité de la liaison ferroviaire Montréal-Sherbrooke, se pencher sur la reconnaissance de l’aéroport de Sherbrooke, compléter l’autoroute 410 et s’attaquer aux problèmes de congestion de la route 220 à Saint-Élie.

« Il y a beaucoup de travail. Je suis bien épaulé pour mettre de l’avant toutes nos promesses en Estrie. Toute l’équipe ministérielle est au travail pour répondre aux aspirations des Québécois », assure François Bonnardel.

Sur le plan économique, il rappelle que le gouvernement Legault a la ferme intention de s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre.

« Ce n’est pas un problème de Sherbrooke ou de l’Estrie, mais de l’ensemble du Québec. Il faut s’assurer d’une meilleure régionalisation des immigrants. Nous voulons assurer une meilleure reconnaissance de leurs diplômes, une meilleure intégration et favoriser l’obtention rapide d’un emploi », estime M. Bonnardel.

Après les quelques jours passés à l’Assemblée nationale avant la période des Fêtes une session parlementaire complète se mettra en branle le 5 février.

« Il reste que l’économie, la santé et l’éducation vont rester des priorités indéniables. La réussite de nos jeunes 0-5 ans est un facteur non négligeable. Nous voulons nous assurer de faire réussir nos jeunes pour qu’ils terminent leur secondaire puis leur cégep. En économie, nous voulons diversifier nos exportations pour ne pas être dépendants des États-Unis et profiter de l’accord de libre-échange avec l’Europe », mentionne François Bonnardel.

Il croit que la promesse de mise en place de maternelle 4 ans pourra être réalisée.

« Il est important d’identifier les problèmes tôt. Il faut rappeler que les familles vont garder leur liberté de choix », indique François Bonnardel.