Les demandes du premier ministre François Legault visent toutes à accroître les pouvoirs du Québec tout en affirmant sa différence.

Legault présente sa liste de demandes aux chefs fédéraux

Le premier ministre François Legault profite de la campagne électorale fédérale en cours pour jouer à fond la carte nationaliste.

Il a présenté mardi en conférence de presse la courte liste de quatre demandes formulées aux chefs de parti présentement en campagne électorale et elles visent toutes à accroître les pouvoirs du Québec tout en affirmant sa différence.

Loi 101 aux entreprises de compétence fédérale

Ainsi, il souhaite notamment que les chefs des différents partis s’engagent, s’ils forment le prochain gouvernement à Ottawa, à permettre au Québec d’assujettir à la loi 101 les entreprises sous compétence fédérale, dont les banques.

Le gouvernement n’a cependant pas voulu commenter le scénario d’éventuelles contestations judiciaires de ces entreprises à charte fédérale, si Ottawa allait de l’avant avec la demande du Québec.

Immigration

Sans surprise, M. Legault revient à la charge pour exprimer sa volonté d’étendre les pouvoirs du Québec en matière d’immigration, bien déterminé à implanter ses controversés tests de français et de valeurs aux étrangers qui veulent vivre au Québec. Un échec répété à ces tests pourrait théoriquement se traduire par une expulsion du pays.

«Beaucoup» de valeurs canadiennes sont les mêmes que les valeurs québécoises, a observé M. Legault, voulant se faire rassurant en faisant valoir que les tests prévus ne seraient pas si différents de ceux déjà imposés par le gouvernement canadien aux nouveaux arrivants.

Toujours en matière d’immigration, il veut surtout être le seul à déterminer le nombre de nouveaux arrivants acceptés au Québec chaque année, dans toutes les catégories existantes, incluant les réfugiés, et être le seul à déterminer les conditions à remplir pour se qualifier en vue d’obtenir la résidence permanente au Québec.

Le Québec veut aussi avoir le champ libre pour gérer à sa guise le programme de travailleurs étrangers temporaires.

De toutes les revendications du Québec, «l’urgence, c’est vraiment l’immigration», selon lui.

Déclaration de revenus unique

Pour plaire au gouvernement Legault, le prochain premier ministre du Canada devrait par ailleurs autoriser la déclaration de revenus unique au Québec, un enjeu qui divise présentement les partis fédéraux.

Il y a là «des économies importantes à faire», a-t-il fait valoir, pour justifier la demande.

Laïcité

Comme il a fait à maintes reprises ces derniers jours, M. Legault réaffirme une fois de plus l’importance à ses yeux de voir les chefs de parti s’engager à respecter la loi 21 sur la laïcité de l’État, qui interdit le port de signes religieux à certains employés de l’État, dont les enseignants, et à s’engager à ne participer à aucune contestation judiciaire de cette loi.

Le premier ministre a expédié une lettre aux chefs de tous les partis fédéraux pour leur faire connaître sa liste de demandes. Il a dit être «de bonne foi» dans ses relations avec Ottawa, en privilégiant une approche «étapiste» quant aux gains à espérer.

«J’ai confiance qu’on va faire des gains» au cours des prochaines années, a-t-il dit, notamment pour obtenir le feu vert sur les tests de français et les tests de valeurs.

Car «le fruit est mûr pour [faire progresser] certains éléments», parmi les revendications du Québec à Ottawa.

«Le Québec forme une nation distincte et libre de faire ses choix dans tous les domaines liés à son existence», a rappelé le premier ministre, comme postulat de base.

Déterminé à mettre l’accent sur la défense des intérêts du Québec auprès du gouvernement fédéral, le gouvernement Legault va aussi rouvrir le Bureau du Québec à Ottawa, qui avait été fermé par le gouvernement précédent.

Il en coûtera jusqu’à 1,5 million $ par année de fonds publics pour faire fonctionner ce bureau.

Le gouvernement veut donner à ce bureau un mandat davantage axé sur le développement économique, l’attrait d’investisseurs et la promotion des échanges commerciaux.

Il s’agit là d’un «très bon investissement», qui promet «un très grand rendement», prédit M. Legault.

+

RIEN SUR LE PONT DE QUÉBEC ET LE TROISIÈME LIEN

Le premier ministre François Legault n’a pas inséré dans sa liste de demandes aux partis fédéraux les dossiers de l’entretien du pont de Québec ou du troisième lien. 

Il a expliqué que son gouvernement va «continuer de faire des demandes» au gouvernement qui sera élu le 21 octobre, mais que pour la campagne électorale, il voulait se concentrer sur d’autres sujets. 

«Pour l’instant, on n’a pas encore le coût du troisième lien. On doit d’abord avoir un estimé du coût, après on va s’asseoir et bien sûr qu’on va demander une participation du gouvernement fédéral», a-t-il soumis. 

À la période de questions, le député libéral Gaétan Barrette a demandé au ministre des Transports François Bonnardel de rendre publique l’information qu’il possède au sujet du projet de troisième lien. «On donnera toute l’information en bonne et due forme lors de l’année 2020 sur les coûts de ce projet», a-t-il soutenu.

«Probablement que le ministre est en train de perdre le contrôle des coûts de son projet et c’est pour ça qu’il ne veut pas en parler», a rétorqué M. Barrette.  Patricia Cloutier