Vincent Boutin

Le Renouveau sherbrookois toujours en vie

Garder la tête haute et se reconnecter avec les citoyens, voilà le nouveau but des membres du Renouveau sherbrookois, qui se sont rencontrés samedi matin pour l’assemblée annuelle du parti. Devant 25 personnes, la logique a été respectée, puisque c’est Vincent Boutin qui a été élu chef de la formation politique.

« De cette assemblée, il ressort beaucoup d’espoir et de la volonté à se reconnecter avec la population. On a eu un moment où on a pu faire le bilan de ce qu’il s’est passé, mais on s’est tourné très rapidement vers l’avenir », a affirmé le nouveau chef officiel du parti.

Pourquoi est-ce que le Renouveau sherbrookois a été battu aux dernières élections municipales? « Après huit ans, il y avait peut-être une usure normale du pouvoir, analyse le politicien. Il y a aussi le besoin de se reconnecter avec l’électorat, d’écouter les préoccupations des citoyens. C’est un élément fort qu’on a entendu, tout comme de garder la tête haute malgré le spin antiparti qu’on peut entendre. »

Selon Vincent Boutin, les partis sont encore très pertinents dans la sphère municipale. « C’est très rassurant de voir que ces gens-là étaient ici aujourd’hui. Ça donne de la confiance, de voir que le Renouveau sherbrookois est encore très vivant. On a un formidable outil de réflexion dans un parti politique. C’est à nous de démontrer notre pertinence pour que les gens se rappellent pourquoi ils avaient voté pour nous en 2009 et en 2013 », a commenté celui qui en est à un deuxième mandat en tant que conseiller municipal.

Malgré qu’un nouveau chef dirige le parti, les valeurs demeureront les mêmes pour la formation politique. « Que ce soit la transparence, la participation citoyenne ou le courage politique, ce sont toutes des choses qui vont continuer. Ce n’est pas le parti d’un seul homme. On ne jettera pas le bébé avec l’eau du bain parce qu’il y a eu une défaite électorale. Des choses ont été bien faites dans le passé, il faut s’en servir », assure le père de famille.

De son côté, l’ancien maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, brillait par son absence. « Bernard est de retour à l’enseignement, donc je savais qu’il ne serait pas là, indique M. Boutin. Ce n’est pas un désaveu ou quoi que ce soit, la vie a repris, donc il est ailleurs aujourd’hui. »

Les membres confiants

Les membres du Renouveau sherbrookois semblaient heureux lorsque Vincent Boutin a été nommé chef de leur parti. En plus d’avoir été élu à l’unanimité, le conseiller municipal a eu droit à une ovation debout des citoyens présents.

Pour l’ancien conseiller municipal qui a œuvré durant 38 ans et qui a participé à la fondation de ce parti politique, Robert Pouliot, Vincent Boutin était le candidat idéal. « M. Boutin est un conseiller d’expérience. Il a travaillé sur différents dossiers. Il est à l’écoute et rassembleur. Je pense qu’avec un chef de cette envergure, on devrait restructurer notre équipe en fonction de 2021 », exprime le membre du parti.

Le Renouveau sherbrookois compte environ 300 membres à Sherbrooke.