« Plusieurs enjeux importants seront à l’ordre du jour de notre caucus », indique le chef intérimaire du parti, Pascal Bérubé.

Le PQ fourbira ses armes à Sherbrooke

Le Parti québécois a choisi Sherbrooke pour la tenue de son caucus présessionnel, qui se tiendra à l’hôtel Delta, les 30 et 31 janvier.

La formation politique profitera de l’occasion pour fourbir ses armes en vue de la prochaine session parlementaire de l’Assemblée nationale qui s’ouvrira le 4 février.

« Plusieurs enjeux importants seront à l’ordre du jour de notre caucus, indique le chef intérimaire du parti, Pascal Bérubé. Outre les échanges sur les travaux parlementaires, le dossier de la langue sera un enjeu extrêmement important pour nous lors de la prochaine session. Il sera aussi beaucoup question de l’économie des régions et du transport », a-t-il ajouté.

Le caucus présessionnel sera précédé d’un 5 à 7, qui se tiendra le 29 janvier au Buffet des Continents, réunissant les députés et les militants.

Malgré le fait qu’aucun candidat du Parti québécois n’a réussi à se faire élire en Estrie lors du dernier scrutin, M. Bérubé considère la région comme un terreau fertile pour la formation souverainiste. « Nous continuons d’avoir un bassin de militants très actifs en Estrie », a-t-il souligné.

Le chef intérimaire se dit par ailleurs encouragé par la remontée de sa formation dans les intentions de vote des Québécois. « Le dernier grand sondage Léger, mené cet automne, indique que nous avons gagné quatre points de pourcentage par rapport au résultat du vote, alors que la CAQ accuse un recul », fait remarquer M. Bérubé.

Une remontée qui survient à point nommé, ajoute le député de Matane-Matapédia, sachant que le nouveau chef du Parti québécois sera élu le 19 juin prochain. Jusqu’à présent, seul le député Sylvain Gaudreault a fait part de son intention de briguer la chefferie. Les noms de l’avocat Paul St-Pierre Plamondon, de l’historien Frédéric Bastien, de l’avocat Stéphane Handfield et de l’humoriste Guy Nantel circulent parmi les candidatures possibles.