La candidate libérale Élisabeth Brière, qu'on voit ici en compagnie de la députée et ministre Marie-Claude Bibeau et de leur chef Justin Trudeau, mène dans ce présent sondage.

Le PLC démarre loin devant dans Sherbrooke [VIDÉO]

Le Parti libéral du Canada (PLC) amorcera la campagne électorale avec une importante avance en tête des intentions de vote des électeurs de la circonscription de Sherbrooke.

Dans un sondage réalisé le 3 septembre pour le compte du Groupe Capitales Médias, la firme Mainstreet Research établit à 43,8 pour cent l’appui au parti dirigé par le premier ministre sortant Justin Trudeau et sa candidate Élisabeth Brière après répartition des indécis.

À LIRE AUSSI: Sondage Mainstreet: légère avance libérale

Élections fédérales: la lutte commence

Le Parlement dissous, la course électorale peut commencer

« L’avance libérale était prévisible en début de campagne parce que le Parti libéral du Canada devance les conservateurs par 19 points au Québec. Ils font cinq points de plus que lors des élections de 2015, alors il faut que ces votes se retrouvent quelque part. Le PLC fait le plein de vote avec 14 pour cent de plus dans les intentions de vote que lors du vote de 2015 », explique le président de Mainstreet au Québec, Luc Fortin.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD), dirigé par Jagmeet Singh, du député sortant Pierre-Luc Dusseault commence le marathon vers le 21 octobre en quatrième place, avec 12 pour cent des intentions de vote, selon le sondage Mainstreet.

« Même si le député Pierre-Luc Dusseault est présent et apprécié, il commence la campagne électorale avec un fort vent de face causé par la performance de son chef et de son parti. Il est tiré par le bas dans les intentions de vote. Pierre-Luc Dusseault récolte 12 pour cent des intentions de vote dans sa circonscription comparativement à 8,8 pour cent pour son parti au Québec. Le NPD est cinquième au Québec et quatrième au Canada dans les intentions de vote », signale le président de Mainstreet pour le Québec.

Le député sortant de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault commence le marathon vers le 21 octobre en quatrième place, avec 12 pour cent des intentions de vote, selon le sondage Mainstreet.

Forgues en 2e place

Le Bloc québécois du chef Yves-François Blanchet et le candidat local Claude Forgues entament la campagne en deuxième place à 18 pour cent des intentions de vote.

« Le Bloc québécois se maintient par rapport à son vote de 2015. Après un passage difficile des dernières années, le Bloc fait un peu moins bien que lors de la dernière élection sur le plan national. On peut présumer qu’ils sont à un plancher puis que la campagne pourra leur amener des votes supplémentaires », mentionne Luc Fortin.

Le Parti conservateur du Canada d’Andrew Scheer et son candidat local Dany Sévigny sont en troisième place dans Sherbrooke en ce début de campagne avec 13,3 pour cent.

« Dany Sévigny est bien connu d’une frange de la population. C’est un candidat de qualité qui récolte pour le moment quatre pour cent de plus que lors de la dernière élection pour le Parti conservateur. Mais Sherbrooke n’est pas un terreau fertile pour le parti conservateur dans son profil sociodémographique. Il y a un électorat issu de la diversité, un milieu universitaire et un milieu progressiste très organisé, donc un milieu qui n’est pas favorable à ce parti. À l’époque de Jean Charest, nous avions affaire aux progressistes conservateurs et il était chef de son parti », analyse Luc Fortin.

AbonnezvousBarometre

Le Parti vert du Canada, de la chef Élizabeth May et son candidat dans Sherbrooke Mathieu Morin, récolte 7,1 pour cent des intentions de vote, alors que le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier obtient 2,2 pour cent.

Luc Fortin explique que le sondage est réalisé avec le nom des partis et leur chef par souci d’équité étant donné que ce ne sont pas tous les candidats qui sont désignés en début de campagne et que sur la scène fédérale, c’est la campagne nationale du chef et de son parti qui influence le vote.

Le sondage de la firme Mainstreet a été réalisé auprès de 850 personnes âgées de plus de 18 ans. La marge d’erreur est de 3,36 pour cent à un niveau de confiance de 95 pour cent.