Le ministre de l’Environnement Benoit Charette

Le ministre Charette visitera Valoris

Le ministre de l’Environnement Benoit Charette était à Sherbrooke, mardi, et il a convenu avec le maire Steve Lussier de revenir dans la région pour visiter les installations de Valoris. Les démarches entamées l’an dernier avec l’ex-gouvernement libéral, au cours desquelles les ex-ministres Dominique Anglade et Isabelle Melançon s’étaient rendues à Bury, ont été ralenties par les élections provinciales.

« Le fait d’avoir rencontré l’ex-ministre Anglade avait grandement fait avancer le dossier », lance M. Lussier, désormais président de Valoris. Comme son prédécesseur Robert Roy, il espère que le centre de valorisation des matières résiduelles pourra toucher des ristournes pour les matières détournées des sites d’enfouissement.

« M. Charette était très ouvert à cette idée. Il ne comprenait pas pourquoi nous n’avons pas eu de compensations jusqu’à maintenant, mais nous lui avons expliqué que nous avons peut-être été à l’avant-garde. Nous aurons aussi un jour des eaux de lixiviat à traiter et il nous faudra peut-être construire une usine d’épuration. Nous aurons besoin du gouvernement. Il faut prévoir ces dépenses. Il faut quand même mettre les déchets quelque part et c’est un endroit qui est éloigné des habitations. »

Steve Lussier mentionne que le ministre ne s’est pas avancé sur une aide financière potentielle, préférant d’abord visiter le site. « On demande à être reconnus pour notre travail. » Aucune date n’a encore été convenue pour la visite de M. Charette.

Reprise des activités

Le maire de Sherbrooke en a profité pour mentionner qu’il espérait la reprise des activités de la machinerie de Valoris dans les prochains mois. Des tests sont actuellement en cours pour assurer son bon fonctionnement. « Il y a des petits ajustements à faire. Ça avance. Je vais me garder des surprises... »

D’ici une semaine, Valoris devrait annoncer officiellement le nom de son directeur par intérim. Denis Gélinas occupe ces fonctions pour le moment. Un nouveau représentant de la Ville devrait aussi être nommé au C.A. pour remplacer Annie Godbout, qui a quitté l’organisation après la première année de l’actuel mandat. Le nom de Pierre Avard, qui siège à Récup Estrie, a circulé. Le maire n’a toutefois pas voulu s’avancer sur l’identité du nouveau délégué de la Ville de Sherbrooke.

Steve Lussier a par ailleurs profité de son entretien avec le ministre Benoit Charette pour discuter des 10 M$ promis pour la décontamination de terrains par le premier ministre François Legault. « Les déboursés seront progressifs. Les 10 M$ sont pratiquement déjà dépensés pour le projet des Grandes-Fourches, le projet du Quartier Well Sud et le projet de reconstruction d’une partie de la rue Galt Ouest. Selon nous, il y aura de la décontamination à faire à cet endroit. M. Legault a affirmé qu’il pourrait y avoir des ajustements. »

La décontamination du terrain de la gare de triage, près du lac des Nations, n’est toutefois pas considérée pour les sommes qui seront versées progressivement à Sherbrooke.

Enfin, les deux hommes ont aussi discuté des ouvrages de surverse, de l’électrification des transports et de l’agrile du frêne. Steve Lussier espère des annonces dès cette année pour faire avancer ces dossiers.