Greta Thunberg est actuellement en tournée en Amérique du Nord et a fait savoir par les médias sociaux, au cours de la fin de semaine, qu'elle se rendra en Alberta dans les prochains jours. Elle n'a pas précisé quand ni ce qu'elle prévoit y faire.

Le gouvernement de l'Alberta ne rencontrera pas Greta Thunberg

EDMONTON — Le gouvernement albertain ne cherchera pas à rencontrer la militante écologiste Greta Thunberg, mais le ministre de l'Environnement, Jason Nixon, a dit espérer que la jeune Suédoise prendra le temps d'en apprendre davantage sur l'industrie pétrolière et gazière de la province.

«Je pense que lorsque vous regardez certains des commentaires de Mlle Thunberg, elle ne comprend pas notre province. Elle ne comprend pas qu'en réalité, pour atteindre les objectifs de lutte contre les changements climatiques dans le monde, on a besoin que l'Alberta fasse partie de la solution», a déclaré M. Nixon aux journalistes mardi.

«Nous avons l'endroit le plus écologique au monde pour produire des produits pétroliers et gaziers», a-t-il ajouté.

Greta Thunberg a fait les manchettes de la presse internationale, rencontré des dirigeants et organisé des manifestations d'envergure pour exiger que les gouvernements prennent des mesures pour lutter contre les changements climatiques qui entraînent de plus en plus de catastrophes météorologiques.

L'étudiante de Stockholm, âgée de 16 ans, est actuellement en tournée en Amérique du Nord et a fait savoir par les médias sociaux, au cours de la fin de semaine, qu'elle se rendra en Alberta dans les prochains jours. Elle n'a pas précisé quand ni ce qu'elle prévoit y faire.

Son relationniste, Connor Turner, a mentionné par courriel qu'il ne pouvait pas fournir plus de détails sur son itinéraire.

La chef de l'opposition néo-démocrate, Rachel Notley, a exhorté les conservateurs unis de l'Alberta à rencontrer Greta Thunberg dans le cadre d'un engagement plus vaste visant à reconnaître l'existence des changements climatiques et à s'y attaquer.

«Bien que je ne sois évidemment pas d'accord avec toutes les recommandations proposées par Greta, je suis tout à fait d'accord pour dire que nous avons un problème (de changements climatiques) et que nous devons le prendre au sérieux», a déclaré Mme Notley.

«Nous devons être des leaders. Nous n'avons pas besoin d'être des lâches. Ce qui se passe actuellement, c'est qu'en blâmant tout le monde, notre premier ministre est un lâche», a lancé la chef de l'opposition à l'intention de M. Kenney.

Les maires d'Edmonton et de Calgary, Don Iveson et Naheed Nenshi, ont tous deux confirmé qu'ils rencontreraient Greta Thunberg pour discuter de leurs initiatives en matière de climat.

L'adolescente est devenue le paratonnerre du débat sur la crise climatique, étant saluée comme une pionnière au franc-parler d'un côté et vilipendée comme une mélodramatique qui crie à la fin du monde.

Débat de plus en plus hargneux et polarisé

En Alberta, elle devrait se retrouver au milieu d'un vortex, où le débat est de plus en plus hargneux et polarisé. D'un côté, on cherche à prospérer dans un présent à l'intérieur d'une économie du carbone et de l'autre on veut se projeter dans un futur plus vert sans carbone.

Le premier ministre Jason Kenney et son gouvernement ont accusé le gouvernement fédéral et l'ancien gouvernement néo-démocrate de l'Alberta de bloquer les projets d'oléoducs et de nuire aux investissements dans les hydrocarbures.

La province a créé un véritable centre de crise de 30 millions $ pour s'attaquer aux écologistes en plus de lancer une enquête publique ciblant ceux que le gouvernement soupçonne de financer et d'encourager les militants pro-environnement souhaitant éliminer l'industrie des énergies fossiles de l'Alberta.

Le gouvernement a également déchiré une grande partie du plan de lutte contre les changements climatiques proposé par Rachel Notley, qui incluait notamment une taxe à la consommation sur le carbone, la fin de la production d'électricité au charbon et la transition vers des sources d'énergie renouvelables comme l'éolien et le solaire.

Le gouvernement de Jason Kenney soutient que la solution repose sur la technologie. Au cours des prochaines semaines, il doit présenter un nouveau plan misant sur la taxation des grands émetteurs de gaz à effet de serre afin de financer l'innovation technologique.

Rachel Notley estime que ce que le gouvernement conservateur uni doit faire, c'est de ne pas polariser davantage le débat comme il l'a fait récemment.

Lors d'une manifestation devant le parlement albertain, dans le cadre d'une journée d'action mondiale contre les changements climatiques, personne du gouvernement n'a pris la parole et l'équipe de communication du premier ministre a nargué les militants en affichant dans les fenêtres le slogan «J'adore le pétrole et le gaz canadiens».

Le NPD a qualifié ces gestes de réaction juvénile. Selon Mme Notley, si une telle chose se produisait avec Greta Thunberg, le gouvernement ne pourrait rien faire contre la mauvaise image que cela donnerait à la province.