La Ville de Sherbrooke, avec une population de 166 633 personnes en 2017 et ses 366 kilomètres carrés, compte sur son territoire près de 2400 toponymes.

Le comité de toponymie remis sur pied

Steve Lussier est revenu sur sa décision d’abolir le comité de toponymie de la Ville de Sherbrooke. Ce choix avait en effet soulevé quelques mécontentements.

« Je pensais fusionner le comité de toponymie avec celui d’urbanisme, mais je l’ai remis en place. J’ai été à l’écoute des gens, je suis allé chercher le dossier et j’ai essayé de me rajuster. J’ai compris que les gens avaient à cœur ce comité et je les comprends. Plusieurs travaillent depuis de longues années dans ce comité. Je ne voulais pas mal faire », a expliqué le maire de Sherbrooke.

Lire aussi: Lussier abolit le comité de toponymie

Paul Gingues, du district de l’Université, assurera la présidence du comité de toponymie. Les autres membres seront prochainement nommés par le conseil municipal.

Comme le nombre de conseillers municipaux est passé de 19 à 14, le maire de Sherbrooke avait l’objectif de réduire la charge de travail de ces derniers en fusionnant les deux comités.

Depuis 1985, un comité de toponymie veille à ce que la Ville de Sherbrooke se donne un corpus toponymique qui reflète les aspirations de sa population, tout en rappelant l’histoire et le milieu naturel qui caractérisent son environnement.

Le comité de toponymie de la Ville de Sherbrooke est constitué de quatre personnes représentant le milieu, d’une personne de la Société d’histoire de Sherbrooke et de trois conseillers municipaux. Deux employés municipaux, soit un chargé de projet et une secrétaire, assistent le comité pour la gestion des divers dossiers de toponymie à la Ville de Sherbrooke.

« Les membres sont bénévoles, mais la Ville fournit quand même un soutien administratif », précise le maire de Sherbrooke.

Par le passé, les membres du comité de toponymie avaient pour habitude de se ren
contrer de six à huit fois par année. Le nouveau comité pourrait changer sa façon de faire en se réunissant uniquement au besoin.

« Lors de mon premier soir de conseil, j’ai eu une demande. Elle sera donc traitée », note M. Lussier.
Rappelons qu’une demande a d’ailleurs déjà été faite au conseil municipal par le citoyen Pascal Cyr pour que le carrefour Papineau, King et Murray soit nommé « place Roger-Fortier ».

La Ville de Sherbrooke, avec une population de 166 633 personnes en 2017 et ses 366 kilomètres carrés, compte sur son territoire près de 2400 toponymes.

Présidences d'arrondissements

Vincent Boutin, Claude Charron et Chantal L’Espérance ont respectivement été nommés présidents des arrondissements no 2 (ancien territoire de l’arrondissement de Fleurimont), 3 (ancien territoire de l’arrondissement de Lennoxville) et 4 (anciens territoires des arrondissements de Jacques-Cartier et du Mont-Bellevue).

Dans l’arrondissement no 1 (anciens territoires des arrondissements de Rock Forest–Saint-Élie–Deauville et de Brompton), les élus n’ont pu parvenir à une décision majoritaire. En vertu du Règlement no 1 de la Ville de Sherbrooke, c’est le conseil municipal qui nommera donc le président ou la présidente de cet arrondissement lors de la séance régulière du 4 décembre.

Les conseils d’arrondissements de la Ville de Sherbrooke ont tenu, lundi, leur première séance régulière depuis les élections du 5 novembre, au cours de laquelle les élus devaient choisir un président ou une présidente de l’arrondissement.

Les assemblées ordinaires de chaque arrondissement se tiennent le quatrième lundi du mois.