Évelyne Beaudin

Le cabinet de Beaudin toujours exclu

Il semble que le personnel politique du cabinet de la conseillère Évelyne Beaudin ne pourra pas assister aux réunions se déroulant à huis clos à l’hôtel de ville. L’élue de Sherbrooke Citoyen, qui avait déposé un avis juridique stipulant que le législateur reconnaît le droit d’exiger la présence de son personnel politique, voit les services juridiques confirmer la légalité de la décision initiale du conseil municipal, soit celle d’exclure son personnel de cabinet.

Les services juridiques avaient effectivement accepté d’étudier l’avis obtenu par Mme Beaudin. Ils ont toutefois maintenu leur interprétation de la loi, selon laquelle le maire peut choisir ceux qui participent aux réunions qui ne sont pas publiques.

« L’avis répète pas mal ce qui nous avait été dit au départ, que la loi ne fait que déterminer que l’opposition a droit au budget pour former un cabinet, mais elle ne dit pas comment s’exercent les droits du cabinet. Dès qu’il y a un vide dans la loi, le maire devient le décideur ultime », commente Mme Beaudin.

La conseillère, qui évoquait une question d’efficacité pour justifier la présence de ses employés dans les réunions à huis clos du conseil municipal, ne se montre pas surprise d’une telle interprétation.

« Ce que nous souhaitons, c’est un questionnement sur ce qui est le mieux pour la démocratie à Sherbrooke. Je n’ai pas l’impression que les changements viendront localement, mais plutôt qu’ils passeront par le provincial. Il reste quelques jours à la campagne électorale. Si des partis souhaitent se prononcer sur la Loi sur les cités et villes, nous serons heureux de les entendre. Nous continuerons de talonner les candidats et de faire pression après l’élection. »

Évelyne Beaudin exclut pour le moment de soumettre la question aux tribunaux. « Les pressions politiques seront plus efficaces et moins coûteuses, mais rien n’est impossible s’il y a des abus plus graves. Ce n’est toutefois pas la priorité. »

Celle qui a décidé de former l’opposition officielle à l’hôtel de ville confirme par ailleurs qu’elle renouvellera pour 2019 sa demande de budget pour former un cabinet de l’opposition. « Nous demanderons à peu près la même proportion du budget de cabinet que l’année dernière. Ce montant ne devrait pas aller complètement au maire et devrait être réparti. C’est important qu’il y ait de l’opposition. Si ce n’est pas nous qui le faisons, qui le fera? »

L’an dernier, une somme de 160 000 $ était réservée au budget pour le cabinet de Mme Beaudin.