Une trentaine de personnes ont participé samedi à une assemblée de refondation du Bloc québécois à Sherbrooke. Claude Forgues, membre de l’exécutif, a expliqué les prochaines étapes à franchir.

Le Bloc prêt à reprendre le comté de Sherbrooke au NPD

Le Bloc québécois est en plein chantier et les membres de l’exécutif dans Sherbrooke assurent que le parti prépare un programme solide et réaliste qui correspond aux besoins de la population. « On est en mode changement, en mode évolutif partout à la grandeur du Québec. On va être prêts, on va surprendre le monde de Sherbrooke. On veut gagner le comté. Si on regarde ce qui s’est fait actuellement, je pense qu’on peut faire mieux, que ce soit dans n’importe quel dossier », insiste Marc Boulianne, président de l’exécutif.

Dimanche avait lieu l’assemblée de refondation du Bloc québécois dans Sherbrooke, au Baobab Café de quartier. Une trentaine de personnes étaient présentes pour discuter du parti, de tous ses aspects. 

« Pour l’avenir du Bloc et la suite des choses, c’était une étape essentielle qu’on devait passer. On refait un nouveau Bloc autant dans les statuts que dans les règlements que dans tout le cheminement. Au Québec, le chantier fonctionne très bien. On va avoir une tête locale le plus possible », ajoute M. Boulianne.

Cette refonte complexe du parti était l’initiative du Forum jeunesse, qui regroupe les membres de moins de 30 ans. « C’est un processus qu’on a amené pour sortir du négatif des derniers mois et se donner une chance de refonder le parti en bonne et due forme. On a eu une période ou beaucoup de personnes disaient qu’il y avait une ambiguïté dans le parti, dans les statuts. On a eu justement aussi la problématique à la chefferie, de savoir c’était quoi les priorités du parti, ça beaucoup accroché à ce niveau-là. À la fin du mois de février, on a notre congrès de refondation au complet. D’ici là, on a encore plusieurs assemblées, régionales et de circonscriptions », explique David Benoit, vice-président du Forum.

M. Benoit promet d’ailleurs un parti à l’image de la jeunesse qui s’y implique. « La jeunesse, justement, elle s’intéresse à remettre tout en question, puis c’est ça qu’on fait de A à Z, on remet tout en question dans ce parti-là et on laisse la chance aux gens de s’exprimer », explique celui qui apparaît comme un candidat potentiel pour la circonscription de Sherbrooke, représentée par le néodémocrate Pierre-Luc Dusseault depuis 2011, après le règne de 13 ans du bloquiste Serge Cardin. 

Le congrès national qui se déroulera à la fin février servira à adopter le programme politique soumis lors de ces sessions de refondation. 

« C’est comme si on refaisait notre programme politique. On a parlé du nom du parti, on a parlé de propositions par rapport à la convergence avec les autres partis souverainistes... On est dans le contenu parce que les députés du Bloc québécois vont devoir se présenter à Ottawa pour défendre les intérêts du Québec et faire la promotion de la souveraineté, donc on a adopté des propositions dans le domaine socioéconomique et d’autres internationales. Ça va être le guide des positions que devront prendre les élus du bloc. C’est le programme qu’on va présenter à la population quand on va se présenter », précise Claude Forgues, membre de l’exécutif du BQ à Sherbrooke.

Le seul candidat à se lancer à la chefferie est toujours l’ancien ministre péquiste Yves-François Blanchet. M. Forgues croit que les gens qui suivent le parti depuis ses débuts, ou les indécis qui hésitent à l’appuyer, sont motivés à militer en voyant M. Blanchet se présenter.

« Dans Sherbrooke, on a un certain nombre de membres qui commencent à voir que le Bloc est toujours vivant. Ils voient que ça bouge. On va se présenter comme une alternative. »