Mario Beaulieu

Le Bloc au bord de l'implosion

OTTAWA - Le Bloc québécois semblait au bord de l'implosion à l'entrée de son caucus hebdomadaire lundi.

Un épisode qui pourrait marquer un point tournant dans l'histoire du parti, a affirmé le député Mario Beaulieu qui comme sa chef estime que la cause indépendantiste doit être au coeur des actions des bloquistes.

Lire aussi: le leader du Bloc québécois démissionne en raison d'un différend avec la chef

«Ce que j'ai lancé, c'est un cri du coeur», a déclaré le député Gabriel Ste-Marie au lendemain de sa démission comme leader parlementaire du Bloc québécois.
«Ce que je m'attends d'un chef, c'est qu'il inspire et qu'il rassemble, a-t-il poursuivi. On se serait contenté qu'elle ne divise pas trop.»
Martine Ouellet a rappelé que les membres l'avaient choisie pour défendre l'indépendance du Québec et qu'il s'agissait de la raison d'être du parti. Elle a pourtant été élue par acclamation il y a environ un an.
Le discours qu'elle a prononcé la semaine dernière lors du conseil général semble avoir jeté de l'huile sur le feu. Mme Ouellet avait alors affirmé qu'elle sentait de la résistance au sein de son caucus depuis son arrivée il y a un an.
Elle avait également tenté de convaincre les militants de mettre l'indépendance au centre de leur discours et de se distancier des «mêmes recettes qui sont là depuis 25 ans». Des propos qui ont dérangé les sept députés dissidents qui remettent son leadership en question.
Le Bloc québécois, qui a déjà connu une crise en juin, est donc à nouveau divisé en deux factions. D'un côté, les sept députés en désaccord avec les méthodes de Mme Ouellet et de l'autre les trois députés qui l'appuient.
La réunion du caucus de lundi semblait moins houleuse que celle de juin même si on pouvait entendre quelques éclats de voix à travers la porte.