Dans sa lettre adressée au pdg de Netflix, la ministre Nathalie Roy semble remettre en cause l'emploi du réel dans la fiction, qu'elle juge «inadmissible» tant sur le plan moral qu'éthique.

Lac-Mégantic: la ministre Roy reproche à Netflix d'avoir franchi une limite dangereuse

MONTRÉAL — La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, a écrit une lettre au président-directeur général de Netflix pour lui faire part de «la stupéfaction et de la consternation du gouvernement du Québec» devant la décision du géant américain d'utiliser des images de la tragédie de Lac-Mégantic ayant coûter la vie de 47 personnes en 2013.

Dans cette lettre datant de 18 janvier, mais diffusée samedi, Mme Roy écrit à Reed Hastings que le gouvernement québécois «s'explique mal comment un géant mondial comme Netflix peut avoir jugé bon d'utiliser de telles images dans ce contexte». Selon elle, ces images ne devraient être utilisées qu'à «des fins d'information ou de documentaires».

Dans sa lettre, la ministre semble remettre en cause l'emploi du réel dans la fiction qu'elle juge «inadmissible» tant sur le plan moral qu'éthique. Pour Mme Roy, on ne peut «en aucun cas» tolérer l'utilisation des tragédies humaines, quelles qu'elles soient, pour du divertissement.

Plus loin, elle reproche à Netflix et à ses partenaires d'avoir franchi «une dangereuse limite» en utilisant les images d'une tragédie réelle et dont les impacts sont toujours bien tangibles dans un contexte de fiction. Elle reproche aussi à Netflix d'avoir «en quelque sorte floué, voire même trahi, ses millions d'abonnés» en ne divulguant pas clairement la provenance de ces images.

Mme Roy se demande s'il ne serait pas temps «que les géants du cinéma, de la télévision et du Web s'interrogent sur la nécessité de se doter d'un code d'éthique afin que de telles aberrations ne se reproduisent plus jamais».

Elle dit que le gouvernement québécois veut faire appel au «discernement et [au] sens des responsabilités» de M. Hastings pour retirer les images de la tragédie apparaissant dans le film Bird Box et dans une autre production. Ajoutant que la population de Lac-Mégantic mérite mieux comme traitement, elle mentionne que le gouvernement espère maintenant «que votre entreprise saura enfin reconnaître ses erreurs avec toute l'humilité et la sincérité que commande une telle situation, et qu'elle fera preuve ne serait-ce que d'un soupçon d'humanité et de compassion dans ce dossier.»

La lettre de Mme Roy fait écho aux propos de la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, qui disait souhaiter que Netflix visionne son catalogue en entier pour s'assurer que les images de la tragédie ne soient pas utilisées dans un contexte de divertissement.

Netflix a indiqué la semaine dernière qu'il n'a pas l'intention de retirer de son film Bird Box les images de l'explosion de Lac-Mégantic, mais le diffuseur aurait indiqué à Mme Morin qu'il travaillerait avec ses partenaires pour que les images ne soient plus utilisées dans de futures productions.