Sherbrooke repousse l'application de son règlement interdisant les sacs d'emplettes à usage unique.
Sherbrooke repousse l'application de son règlement interdisant les sacs d'emplettes à usage unique.

La Ville revoit ses règlements sur les sacs de plastique et les abris temporaires

L’entrée en vigueur du règlement sur l’abolition des sacs d’emplettes à usage unique dans les commerces sherbrookois est reportée en raison de la pandémie de COVID-19. Dans le même sens, l’obligation de démanteler des abris temporaires pour la voiture ou de retirer des clôtures pare-neige avant le 15 avril est reportée.

La Ville avait effectivement adopté en novembre dernier une modification à un de ses règlements pour interdire la distribution de sacs d’emplettes à usage unique dans les commerces. L’entrée en vigueur de cette interdiction était prévue le 22 avril. 

Devant les demandes du gouvernement du Québec de fermer les commerces non essentiels, la Ville a statué qu’il valait mieux reporter l’interdiction pour permettre aux commerçants de concentrer leurs efforts sur la gestion des impacts de la pandémie sur leurs activités. Le Bureau de l’environnement suggère par ailleurs d’aviser au moins un mois à l’avance les citoyens et les commerçants de la nouvelle date d’entrée en vigueur de l’interdiction. 

La présidente du comité de l’environnement, Karine Godbout, invite les citoyens à être prudents avec leurs sacs réutilisables dans les commerces qui permettent encore leur utilisation. « Il y a des mesures d’hygiène à prendre, soit emballer nous-mêmes nos emplettes et laver les sacs souvent. » 

Abris temporaires et signalisation

En théorie, le règlement municipal exige que soient démantelés les abris d’auto temporaires, les fermetures temporaires d’un abri d’auto attaché, les abris temporaires pour remisage, les tambours, les clôtures pare-neige et les enseignes temporaires servant de balises pour le déneigement au plus tard le 15 avril.

La Ville précise toutefois que ces ouvrages doivent souvent être retirés par plus d’une personne ou par des entreprises de déneigement. Il semble impossible de concilier la distanciation sociale et le retrait de ces ouvrages. Dans le même sens, les documents municipaux indiquent que les entreprises de déneigement privées ne sont pas considérées comme des services essentiels, donc qu’elles doivent être fermées. Les citoyens ne peuvent pas les solliciter sans qu’une infraction risque d’être commise. 

La Ville choisit ainsi de suspendre son règlement jusqu’à un mois suivant l’abrogation de cette disposition, à moins que la résolution d’abrogation stipule une nouvelle date pour le retour de ce règlement. 

Collecte des matières résiduelles

Enfin, Karine Godbout a précisé que les collectes des matières résiduelles de la Ville de Sherbrooke se poursuivent normalement. Elle demande toutefois à la population de collaborer dans la gestion de ces matières, puisque les écocentres et plusieurs centres de cueillette d’objets sont fermés. Idem pour des cloches de collecte de vêtements, qui ne sont plus vidées. « J’aurais envie de demander une grande collaboration de la population pour le tri des matières résiduelles pour que les objets ne se retrouvent pas au site d’enfouissement. »

La collecte de branches a elle aussi été repoussée puisqu’elle a été jugée non essentielle. 

Des références sont publiées en ligne à sherbrooke.ca/collectes pour guider les citoyens dans la gestion de toutes ces matières.