« On est toujours en train de jauger à savoir si ce qu’on fait pourra être utilisé comme argument pour réussir à nous tasser et on se demande si ça vaut la peine d’essayer. », - Évelyne Beaudin.

La réaction du maire de Sherbrooke suscite des malaises

L’annulation temporaire de la rencontre d’information sous embargo avec les journalistes prévue lundi avant le dépôt du budget par le maire Steve Lussier a vivement fait réagir le monde municipal tout au long de la fin de semaine. Le parti d’opposition Sherbrooke Citoyen est même allé jusqu’à suspendre pendant quelques heures la tenue de sa réunion prébudgétaire avec les journalistes par crainte de représailles de l’administration Lussier.

« Puisque le maire est finalement revenu sur sa propre décision, on est confortable de faire ce que les oppositions font et présenter notre vision du budget aux journalistes comme on l’avait prévu il y a plus de deux semaines », a mentionné Sébastien Aubé, attaché politique d’Évelyne Beaudin, en fin de journée dimanche. 

À lire aussi: Fuite du budget: Steve Lussier piqué au vif

EXCLUSIF: Une hausse de plus de 3 % pour le compte de taxes en 2019

Quelques heures plus tôt, Sherbrooke Citoyen avait annoncé l’annulation d’une rencontre avec les journalistes sous embargo prévue lundi matin.

« On trouve que le maire est tellement imprévisible, on a peur de représailles », admettait à ce moment M. Aubé.

« J’ai déjà exprimé qu’ils attendent juste l’occasion de me tasser et de m’écraser, avait alors déclaré Mme Beaudin lorsque rejointe par La Tribune. C’est plate d’être dans une situation comme celle-là parce qu’on ne peut pas faire des choses qu’on devrait pouvoir faire librement. C’est tellement arbitraire la manière dont ils peuvent m’exclure des séances à huis clos. On est toujours en train de jauger à savoir si ce qu’on fait pourra être utilisé comme argument pour réussir à nous tasser et on se demande si ça vaut la peine d’essayer. »

Mme Beaudin a d’ailleurs qualifié « d’exagérée » la réaction du maire au dévoilement dans La Tribune d’une hausse de plus de 3 % pour le compte de taxes en 2019.

« Quels sont les impacts réels? questionne-t-elle en entrevue avec La Tribune. Les gens vont connaître l’information avant. Est-ce que la colère du maire peut venir du fait qu’il va y avoir plus de gens au conseil lundi? »

Elle critique aussi l’annulation temporaire de la session de travail avec les journalistes.

« Je crois qu’il est surtout fâché d’avoir perdu le contrôle. C’est comme s’il voulait faire la morale aux journalistes, leur infliger une punition. S’il avait fait preuve d’une plus grande ouverture et de plus de transparence tout au long du processus budgétaire, il n’aurait pas besoin de trouver la fuite. C’est une manie de vouloir tout contrôler. »

Une « grosse erreur » selon Boutin

Le maire aurait fait une « grosse erreur » en annulant l’atelier de travail en présence des journalistes lundi prochain selon le conseiller et chef du Renouveau sherbrookois Vincent Boutin.

« Cet atelier permet aux journalistes de bien comprendre le budget et ses nuances afin de rapporter une information adéquate à la population, a-t-il écrit sur sa page Facebook. Je trouve que cette décision témoigne d’une réaction prompte et émotive. »

« Quant aux suites à donner à tout cela, je crois que le temps d’un maire est trop précieux pour une chasse aux sorcières », a-t-il résumé.

Ne pas comprendre le rôle d’élu

Dans la lettre envoyée aux élus, le maire mentionnait : « Je ne ferai aucun commentaire aux médias avant lundi soir et je vous recommande d’en faire autant ».

Ce passage a particulièrement fait réagir la conseillère du district de Rock Forest, Annie Godbout.

« C’est de ne pas comprendre notre rôle d’élu que de nous demander de ne pas commenter, lance-t-elle. On a le droit de le faire et on doit le faire. »

« Il semble y avoir une incompréhension sur le travail des journalistes, poursuit-elle. Les citoyens méritent une explication complète du budget. C’est inacceptable et on sent qu’il veut punir les médias. Je ne suis pas surprise toutefois qu’il y ait eu une réaction. C’est quand même un manque de respect envers notre institution. »

Julien Lachance, du district de Saint-Élie, partage pour sa part la « déception et la frustration » du maire.

« C’est désolant de voir que le conseil n’est pas étanche et de voir des fuites. Je ne pense pas que ça aide la politique à Sherbrooke, souligne-t-il. Il y a un problème de fond. Ceci étant dit je ne suis pas à l’aise avec l’annulation de la rencontre. Ça aide les gens à être mieux informés. »