La mairesse de Lac-Mégantic Julie Morin a eu le privilège de pouvoir assister, jeudi, à la lecture du discours du Trône à Ottawa.

La mairesse de Lac-Mégantic invitée au discours du Trône

Même s’il n’a pas été question de sécurité ferroviaire, la mairesse de Lac-Mégantic considère de bon augure d’avoir été invitée au discours du Trône jeudi à Ottawa.

« Je n’avais pas d’attente, mais juste le fait d’avoir été invitée, c’est un honneur et un signal fort que le ministre Garneau prend très au sérieux l’enjeu de la sécurité ferroviaire et le projet de voie de contournement à Lac-Mégantic », a réagi Julie Morin après l’événement.

À LIRE AUSSI: Discours du trône: Trudeau promet un gouvernement à l’écoute

Mme Morin avait été invitée par le cabinet du ministre Marc Garneau, qui a été reconduit dans ses fonctions aux Transports. Selon elle il avait droit à cinq invités, des personnes avec qui il entretient des collaborations et des projets importants pour le gouvernement. Elle ne lui a toutefois pas parlé sur place.

En octobre 2013, la mairesse Colette Roy Laroche avait eu droit au même honneur sous le gouvernement de Stephen Harper. Une minute de silence avait été observée au début de la cérémonie à la mémoire des victimes de la tragédie ferroviaire du 6 juillet.

« Je ne m’attendais pas à une allusion à Lac-Mégantic, parce que le discours du Trône c’est très général, relate Mme Morin. C’est sûr que j’aurais apprécié entendre les termes sécurité ferroviaire, mais concrètement je sais que c’est important pour le gouvernement fédéral, qu’il travaille là-dessus, et que l’ensemble des municipalités du Québec et du Canada, maintenant, mettent de la pression à ce sujet-là. »

Alliance pour la sécurité

La mairesse Morin annonce d’ailleurs qu’elle a joint les rangs de l’Alliance du corridor ferroviaire Estrie-Montérégie. « Pour que nous, à Lac-Mégantic, on ait l’impression que cette tragédie-là n’est pas arrivée en vain, il faut qu’on sente que l’ensemble de la sécurité ferroviaire s’améliore partout ailleurs aussi », explique-t-elle.

Avec l’ACFEM et le comité ferroviaire de l’UMQ, elle participera également, lundi, au Sommet sur le transport ferroviaire organisée à Drummondville par le ministère des Transports du Québec.

« Il sera question de sécurité, mais aussi du développement du réseau ferroviaire, dit Mme Morin. Nous (les municipalités) ce qu’on dit, c’est qu’il y a beaucoup de potentiel de développement économique et de transport de passagers, et que ça doit être fait, mais jamais au détriment de la sécurité de nos citoyens. »