Isabelle Charest

La CAQ recrute la médaillée olympique Isabelle Charest

MONTRÉAL - François Legault s'est trouvé une patineuse de haut niveau pour porter les couleurs de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Brome-Missisquoi, en Montérégie, soit la triple médaillée olympique Isabelle Charest.

Le chef caquiste a confirmé lundi la nouvelle, qui circulait depuis un certain temps déjà.

Lire aussi: Le neuropédiatre Lionel Carmant dans Taillon avec la CAQ

La patineuse de vitesse accepte donc de relever ce défi inédit pour elle et ce, dans une circonscription considérée comme un château-fort libéral.
Mme Charest a remporté l'argent en relais sur 3000 mètres aux Jeux de Lillehammer en 1994 et le bronze dans la même épreuve lors des deux olympiades suivantes, soit en 1998 à Nagano et en 2002 à Salt Lake City.
Aujourd'hui âgée de 47 ans, Isabelle Charest a également été chef de mission adjointe aux Jeux olympiques de Rio en 2016 et, plus récemment, chef de mission aux Jeux de Pyeongchang l'hiver dernier.
Nutritionniste de formation, elle est aussi copropriétaire et gestionnaire d'une franchise Énergie Cardio et a fondé son entreprise de relations publiques et de communication.
Le siège de Brome-Missisquoi est occupé par le vétéran Pierre Paradis depuis 1980 et ce, sans interruption. Il est d'ailleurs le deuxième plus ancien député de la législature sortante après François Gendron.
M. Paradis a été réélu pour une 11e fois consécutive avec 44,5 pour cent des voix, soit 6754 votes de plus que son plus proche rival, le caquiste François Lemay.
Cependant, il ne sera pas sur les rangs pour les libéraux en octobre et le PLQ n'a confirmé jusqu'ici aucune candidature pour cette circonscription.
Pierre Paradis, ex-ministre et ancien candidat à la direction de PLQ, est tombé en disgrâce et a été écarté du caucus libéral le 26 janvier 2017 à la suite d'allégations d'inconduite sexuelle, dossier qui s'est conclu en juin de la même année lorsque le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a jugé qu'il n'y avait pas matière à porter d'accusation.
La veille, le 25 janvier, il s'était retiré de ses fonctions souffrant d'une commotion cérébrale à la suite d'un accident d'équitation. Il n'est toujours pas revenu au travail depuis ce temps.
Plus récemment, il a été sévèrement blâmé par la commissaire à l'éthique Ariane Mignolet qui lui reprochait d'avoir fait profiter sa fille et son gendre de l'allocation de logement qui lui est accordée comme député et qui suggérait de lui imposer une pénalité de près de 25 000 $.
M. Paradis conteste vigoureusement cette interprétation des faits et le gouvernement Couillard a choisi de l'exonérer de cette pénalité la semaine dernière avant l'ajournement des travaux.