Nadine Girault

Jeux de la Francophonie : le dossier est toujours vivant, assure la ministre Girault

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, rejette la prétention de ses adversaires libéraux qui prétendent qu’elle a baissé les bras dans le dossier de la tenue des Jeux de la Francophonie à Sherbrooke.

Pour la députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie, Paule Robitaille, la tenue des Jeux de la Francophonie, au Québec, la ministre caquiste a «pratiquement fermé la porte», lors de l’étude des crédits budgétaires de son ministère, à la tenue des Jeux de la Francophonie, et ce, avant même d’avoir reçu l’étude d’impacts et alors qu’elle rencontrera le maire de Sherbrooke sous peu.

Selon elle, la tenue de ces jeux en 2021 aurait été l’occasion tout indiquée pour le gouvernement de se positionner comme leader de la francophonie. Les Jeux de la Francophonie réunissent des milliers de jeunes francophones du monde entier et manifestent notre fierté de vivre en français. C’est une vitrine formidable pour le Québec qui comporte un important volet culturel, lance-t-elle.

« Avant même d’être retournée à la table à dessin pour trouver une formule gagnante afin de soutenir la Ville de Sherbrooke à tenir les Jeux de la Francophonie, la ministre Girault ferme la porte à la tenue de ces jeux», dit-elle. 

«Des discussions doivent se tenir avec le gouvernement fédéral pour que le montage financier permette la tenue de Jeux et soit soutenable pour tous. Quelle déception aujourd’hui de constater le manque réel de volonté et d’ambition du gouvernement à faire rayonner la francophonie du monde entier au Québec. »

On n’entend pas le même son de cloche au bureau de la ministre à Québec. Le dossier est bien vivant. À preuve, une rencontre avec le maire de Sherbrooke Steve Lussier est prévue prochainement, soutient-on.

Les négociations se poursuivent avec le gouvernement fédéral.  En visite lundi dans la région, la ministre de la Francophonie du Canada, Mélanie Joly, a soutenu que les discussions se poursuivaient avec le provincial, fait-on remarquer.

En février, la ministre Girault avait entrouvert la porte à une bonification de la somme qui pourrait être allouée pour la tenue des Jeux de la Francophonie à Sherbrooke, en 2021.

Rappelons qu’initialement, la facture devait s’élever à 54 millions $, mais le coût atteint maintenant 84 millions $. Or, la Ville de Sherbrooke, qui avait prévu allouer 8,5 millions $ dans son dossier initial de candidature, n’entend plus consacrer que 5,5 millions $, ce qui, avec l’engagement de 17 millions $ de Québec, laisserait une facture salée de plus de 61 millions $ au fédéral. Ottawa affirme vouloir consacrer le double des sommes allouées par le provincial et le municipal.