Jean-Martin Aussant avait quitté le Parti québécois avec fracas en 2011.

Jean-Martin Aussant de retour au PQ

Alors que le doyen des députés de l’Assemblée nationale, François Gendron, s’apprête à confirmer qu’il ne sollicitera pas de nouveau mandat, le chef du Parti québécois annoncera jeudi que Jean-Martin Aussant revient au bercail.

Jean-François Lisée sera à Montréal en après-midi pour faire part du retour au PQ de M. Aussant, qui avait quitté l’équipe péquiste avec fracas en 2011.

Indépendantiste convaincu, l’ex-député de Nicolet-Yamaska a par la suite fondé Option nationale, désormais fusionnée à Québec solidaire.

Jean-Martin Aussant travaillera au sein du cabinet du chef de l’opposition officielle. Il quittera donc le Chantier de l’économie sociale qu’il dirige depuis son retour de Londres, où il était allé travailler pendant quelque temps.

«Le retour de cette personnalité importante dans les rangs du Parti québécois est un symbole fort», fait valoir un interlocuteur péquiste.

Jean-Martin Aussant devrait être candidat à un poste d’élu lors des prochaines élections générales. Il ne convoiterait cependant plus la circonscription de Pointe-aux-Trembles, dans laquelle le président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Maxime Laporte, a décidé de se lancer.

L’ex-chef du Parti québécois, Jacques Parizeau, avait M. Aussant en haute estime. Il s’était rendu au premier congrès d’Option nationale alors que ce dernier en était le chef. Jean-Martin Aussant a fini par quitter ce poste pour des raisons familiales.

Crise interne

Le Parti québécois a vécu une crise lorsque, en juin 2011, sous Pauline Marois, il a connu pas moins de cinq démissions de députés coup sur coup, dont celle de Jean-Martin Aussant. À ce moment-là, l’actuelle vice-chef du Parti québécois, Véronique Hivon, et son collègue Alexandre Cloutier avaient tenté de le retenir, mais sans succès.

M. Aussant estimait que Mme Marois ne possédait pas le leadership nécessaire pour mener le Québec à un référendum sur l’indépendance.

La veille de sa démission, les députés Pierre Curzi, Louise Beaudoin et Lisette Lapointe avaient claqué la porte du Parti québécois. Quelques jours plus tard, c’était au tour du député Benoit Charette de démissionner. Lui a joint la Coalition avenir Québec.

En revenant au Parti québécois, M. Aussant indiquera que le plan de Jean-François Lisée pour conduire le Québec à la souveraineté est le bon à ses yeux.