Antonin-Xavier Fournier

Guy Nantel, une candidature «très intéressante»

Loin d’être frivole, la candidature de l’humoriste Guy Nantel dans la course à la direction du Parti québécois risque de donner lieu à une « course solide », loin des discours creux et des idées préconçues, croit Antonin-Xavier Fournier, professeur de sciences politiques au Cégep de Sherbrooke.

« C’est une candidature très intéressante, estime M. Fournier. Une candidature qui peut venir pimenter la course, la rendre très intéressante et même stimulante. On sait que M. Nantel n’a pas la langue dans sa poche. Or, de ce point de vue, on peut s’attendre à ce que la course attire l’attention, non seulement des militants, mais de l’électorat en général. »

À LIRE AUSSI: L’humoriste Guy Nantel se lance dans la course à la direction du Parti québécois [VIDÉO]

Antonin-Xavier Fournier reconnaît que Guy Nantel aura des défis importants à surmonter sur le plan de l’organisation puisque celui-ci n’a jamais été membre du parti. Mais il s’agit de défis surmontables, croit-il.

« Dans un contexte où on assiste à la montée du populisme et où on critique l’élite politique, je pense qu’il peut tirer son épingle du jeu parce que la population risque de se reconnaître dans le discours qu’il tient », indique M. Fournier tout en faisant le parallèle avec l’Ukraine qui a elle aussi élu un humoriste à la tête de l’État.

Image du parti

Invité à dire si le fait d’avoir un humoriste parmi les candidats risquait de nuire à l’image du Parti québécois, le président du PQ-Estrie, Michel Breton, a indiqué qu’il s’agit d’un « aspect qu’on ne doit pas prendre à la légère ».

« Les perceptions que les gens peuvent avoir à son endroit, on doit vivre avec, a reconnu M. Breton. Ce qui est clair, c’est que M. Nantel a des convictions qui ne font aucun doute. Il aura maintenant la responsabilité de démontrer tout le sérieux de son contenu. »

Débat d’idées

Par ailleurs, le président du PQ-Estrie souhaite que la course à la chefferie qui s’amorce soit l’occasion pour le parti de ramener les projecteurs sur les idées qui permettront au PQ d’accéder à nouveau au pouvoir.

« Ce qui est important, c’est que la course se déroule de façon respectueuse, qu’elle permette un choc des idées. Il faut que les débats soient intéressants, que les idées mises de l’avant soient intéressantes. Non seulement pour les militants, mais pour l’ensemble de la population qui aura à se prononcer en 2022 », a-t-il souligné.

Quant aux principales qualités que le prochain chef du parti devra incarner, M. Breton croit qu’elles reposent sur deux piliers.

« Je crois que ce que les gens vont rechercher lors des deux débats, c’est le leadership des individus et leur capacité à rassembler. Non seulement pour les militants, mais pour les sympathisants. Ce sont les deux éléments qui seront déterminants pour la suite des choses », estime M. Breton.