S’exprimant à la fin du sommet de l’APEC, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Justin Trudeau a assuré que la protection de la langue francaise à travers le pays était pour lui «très importante».

Francophones: Trudeau «déçu» de Doug Ford

PORT MORESBY, Papouasie-Nouvelle-Guinée - Le premier ministre Justin Trudeau se dit «profondément déçu» de la décision du gouvernement ontarien de Doug Ford d’abandonner le projet d’université francophone et de dissoudre le commissariat aux services français de la province.

S’exprimant à la fin du sommet de l’APEC, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, M. Trudeau a assuré que la protection de la langue française à travers le pays était pour lui «très importante». Le premier ministre a indiqué que la ministre fédérale responsable des langues officielles, Mélanie Joly, avait été mandatée pour rencontrer le gouvernement ontarien «pour mieux comprendre la décision».

Par ailleurs, Mme Joly a envoyé une lettre à la ministre ontarienne déléguée aux affaires francophones et procureure générale, Caroline Mulroney, pour lui exprimer «[sa] grande déception face aux décisions du gouvernement de l’Ontario».

«Mon inquiétude est d’autant plus grande qu’au cours des 20 dernières années, l’Ontario a joué un rôle de leader pour la promotion de la francophonie au Canada, notamment au sein de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne», écrit Mme Joly.

Des «jeux partisans»

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a indiqué que son gouvernement n’imitera pas l’Ontario. Selon lui, les libéraux ne font qu’essayer de faire des gains politiques. «Je suis tellement déçu que les libéraux et Mme Joly aient choisi de jouer à des jeux partisans. L’enjeu des langues officielles est trop important pour le politiser», a-t-il fait valoir.