Luc Fortin

Fortin ne voit aucune forme de cynisme

Baisses d’impôt rétroactives, chèques aux familles, réinvestissements en santé et en éducation. Le député de Sherbrooke et ministre responsable de l’Estrie, Luc Fortin, ne croit pas que les mesures annoncées par son gouvernement à moins d’un an des élections auront pour effet d’alimenter le cynisme parmi les électeurs qui seront appelés aux urnes en octobre prochain.

Le député de Sherbrooke, qui avait convoqué la presse régionale jeudi matin pour faire le bilan de son travail des six derniers mois, a été appelé à revenir sur ce que certains économistes et commentateurs politiques ont qualifié de « cadeaux de Noël politique » destiné à « acheter » l’électorat en vue du prochain scrutin provincial.

Selon M. Fortin, les mesures annoncées le mois dernier ne devraient pas alimenter le cynisme des électeurs dans la mesure où celles-ci font partie des engagements clairement exprimés lors de la campagne électorale de 2014.

« Je ne pense pas que ça va alimenter le cynisme puisqu’on fait exactement ce qu’on a dit qu’on allait faire », a-t-il rétorqué en s’appuyant sur le cadre financier du Parti libéral rendu public en 2014. « Dans notre cadre financier, on disait qu’on allait redonner 50 % des surplus en baisses d’impôt et c’est exactement ce que nous avons fait. On ne peut quand même pas nous reprocher d’alimenter le cynisme en respectant notre engagement électoral », a-t-il ajouté.

Quant aux mesures d’austérité, que d’aucuns considèrent exagérées compte tenu de l’ampleur des surplus engrangés par le gouvernement, M. Fortin estime qu’elles doivent être prises dans leur contexte : « Lorsque nous sommes arrivés (au pouvoir), il y avait un déficit plus élevé que prévu et on n’anticipait pas une hausse aussi marquée des revenus que nous avons présentement », a-t-il justifié.  

Cette hausse marquée des revenus a permis notamment de « donner plus d’oxygène aux Québécois » et d’atteindre l’équilibre budgétaire plus rapidement que prévu.

« Nos adversaires vont dire qu’à la veille des élections, le gouvernement donne des cadeaux. Mais si on ne l’avait pas fait, ils nous auraient accusés de ne pas respecter nos engagements, a insisté le député de Sherbrooke, en soulignant les choix que procure le retour à l’équilibre budgétaire en matière de développement économique et social.

Bilan

Dans son bilan des six derniers mois, le député de Sherbrooke a fait état d’une dizaine d’interventions menées dans sa circonscription ainsi que dans la région.

Parmi celles-ci, il a cité l’ajout de huit classes à l’école primaire Jean-XXIII au coût de 4,3 M $, dont 2,3 M $ du gouvernement québécois, les nouvelles installations sportives à l’école du Triolet ainsi que les 2 M $ remis dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR).