Manon Massé, coporte-parole de Québec solidaire, lors de l'assemblée d'investiture de la candidate solidaire dans Mercier, Ruba Ghazal.

Femmes et communautés culturelles: la CAQ et QS en avance sur les autres partis

La Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS) sont les partis qui présentent le plus de candidatures féminines et issues des communautés culturelles jusqu’à maintenant, selon une compilation préliminaire effectuée par La Presse canadienne.

Dans les derniers mois, La Presse canadienne a noté les informations de tous les candidats des partis en vue des élections, en portant attention au genre, à l’origine et à l’expérience professionnelle des hommes et des femmes qui brigueront un mandat en octobre. Les données ne tiennent compte que des candidatures annoncées avant le 4 août.

Voici les constats qu’il a été possible de tirer à partir des centaines de candidatures confirmées:

Plus de femmes

Parmi les 330 candidatures au total, 156 sont féminines (environ 47%) et 173 sont masculines (un peu plus de 52%). Si la tendance se maintient, le taux de candidatures féminines atteindra un plateau historique. Lors des deux derniers scrutins, près de 30 % des candidatures étaient féminines. «Dans l’histoire récente du Québec, on n’a pas vu un niveau de candidatures féminines aussi important», constate le politologue de l’Université Laval, Éric Montigny. Sa collègue Manon Tremblay croit que les mobilisations des mouvements féministes ont probablement porté fruit. Elle apporte toutefois une nuance. «On met des femmes, mais est-ce que ce sont dans des circonscriptions gagnables? C’est ça, le test. C’est facile d’avoir une belle palette de candidatures, mais qu’elles soient dans des circonscriptions peu compétitives», souligne la politologue de l’Université d’Ottawa.

Selon les données, ce sont la Coalition avenir Québec et Québec solidaire qui présentent jusqu’à maintenant le plus grand pourcentage de femmes. À la CAQ, on arrive presque à la parité: il y a 41 femmes candidates et 42 hommes. Chez QS, les candidatures féminines sont plus nombreuses: il y en a 51, comparativement à 42 candidatures masculines. Selon Manon Tremblay, la CAQ pourrait avoir fait un calcul électoraliste pour rejoindre davantage l’électorat féminin. Mais elle prévient que le parti pourrait ne pas obtenir l’effet escompté: «C’est moins le genre que les idées qui vont faire que les femmes vont voter pour une candidature. Les femmes, de manière générale, ont plus tendance à voter au centre et à gauche. Les hommes, davantage à droite», a-t-elle fait observer. Le chef de la CAQ a récemment promis de former un cabinet paritaire si son parti forme le gouvernement.

Mme Tremblay et M. Montigny trouvent surprenant que le Parti québécois ait si peu de candidates jusqu’à maintenant — surtout pour un parti qui avait la première première ministre du Québec dans ses rangs et qui a une vice-chef en ce moment: pour 40 candidats masculins, il y a 28 femmes. Le parti semble toutefois être désavantagé par les sondages peu encourageants à son égard, selon M. Montigny. «Le Parti québécois, tant sur le plan de la représentation féminine que sur le plan des communautés culturelles, on voit qu’il a de la difficulté dans son processus de recrutement à compétitionner avec les autres», a-t-il indiqué.

Les communautés culturelles à la CAQ et chez QS

Le politologue Éric Montigny avoue avoir été surpris de constater que la CAQ suivait de près QS quant aux candidatures issues des communautés culturelles. Selon M. Montigny, il est peu surprenant que Québec solidaire domine dans cette catégorie; le parti se vante depuis quelques mois d’être le seul à laisser une réelle place aux communautés culturelles. Mais le spécialiste se serait attendu à ce que le PLQ dépasse la CAQ sur ce plan. «C’est contre-intuitif. Les libéraux ont toujours été associés comme le parti de l’immigration, des communautés culturelles», indique-t-il. Selon les données, la CAQ a présenté jusqu’ici environ 13% de candidatures issues des communautés culturelles, alors que le PLQ n’atteint pas les 9%.

Selon le spécialiste, la CAQ a probablement fait des efforts particuliers pour recruter des candidats issus de communautés culturelles. «Comme c’est M. Legault qui analyse les dossiers, clairement il y a des efforts qui sont déployés», a-t-il souligné. À la CAQ, c’est le chef qui choisit les candidatures, alors que dans les autres partis, ce sont souvent les membres qui élisent leurs candidats.

Éric Montigny souligne un point en commun entre la CAQ et QS qui pourraient expliquer ces ressemblances: ce sont de nouveaux partis. «Dans les anciens partis, ce sont beaucoup des gens qui se joignent au renouvellement par le fait que leurs parents ou leur milieu social étaient déjà membres du parti, explique-t-il. Dans les nouveaux partis, ce sont des gens qui arrivent, sur le plan politique, de différents horizons.»

Tous partis confondus, les candidats issus des communautés culturelles représentent environ 12% des candidatures.

Des emplois plus diversifiés qu’avant

Traditionnellement, de nombreux avocats tentaient de se faire élire aux élections, rappelle Éric Montigny. Mais selon les données actuelles, les aspirants-députés proviennent de différents milieux, et ce, dans tous les partis. Une bonne partie des candidats sont issus des secteurs des affaires, de la politique, de l’éducation et du communautaire. Il existe tout de même 21 candidats qui sont notaires ou avocats dans le lot.

On remarque aussi des différences marquées entre les partis. Alors que la CAQ et le PLQ attirent davantage des gens d’affaires et des gestionnaires, le PQ et QS ont recruté beaucoup de candidats dans les domaines de l’éducation et du communautaire. Mais c’est Québec solidaire, et de loin, qui a le plus de travailleurs communautaires: 26 candidats sur 95 proviennent de ce secteur.

En santé, un dossier chaud, tous les partis politiques, sauf Québec solidaire, présentent un ou deux médecins. Le PLQ a aussi dans son équipe un physiothérapeute et un physiologiste, tandis que deux infirmières sont sous la bannière de la CAQ. Au PQ, on retrouve un ambulancier, deux infirmières et une pharmacienne, alors que QS compte dans ses rangs une orthophoniste, une préposée aux bénéficiaires, une infirmière et une physiothérapeute.

Au PLQ, il y a aussi beaucoup de candidats qui ont déjà travaillé auprès de députés, ou qui ont déjà eu un rôle dans un autre ordre de gouvernement. Par exemple, Luce Farrell et Simon Laboissonnière, qui sont deux anciens employés de ministres, tentent de conserver les circonscriptions libérales de Gatineau et de Côte-du-Sud, des sièges représentés actuellement par la ministre Stéphanie Vallée et le député Norbert Morin. Le préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert G. Roy, veut quant à lui succéder au député sortant Ghislain Bolduc dans Mégantic.

***

Méthodologie

La Presse canadienne s’est fiée à la liste de candidats investis présentée sur le site des principaux partis politiques, jusqu’au 4 août. Il se peut que des candidats aient retiré leur candidature en cours de route sans que la liste ait été mise à jour.

Nous avons classé dans les communautés culturelles tous les candidats étant nés ailleurs qu’au Canada et ceux qui appartiennent aux minorités visibles. Pour les candidats parmi les minorités visibles, nous nous sommes référés à la définition de Statistique Canada, qui est la suivante: «Il s’agit de personnes, autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n’ont pas la peau blanche. Il s’agit de Chinois, de Sud-Asiatiques, de Noirs, de Philippins, de Latino-Américains, d’Asiatiques du Sud-Est, d’Arabes, d’Asiatiques occidentaux, de Japonais, de Coréens et d’autres minorités visibles et de minorités visibles multiples.»

Finalement, nous avons classé les candidats dans un secteur d’emploi à partir de leurs biographies sur les sites de parti, d’articles de journaux et d’informations recueillies auprès des candidats eux-mêmes.